Stravaganza de Mary Hoffman

Série, Fantasy de Mary Hoffman publiée depuis 2006 en France

 

 

 

Voici une série pour laquelle j’ai une affection toute particulière. Ayant déjà lu tous les tomes sortis à ce jour en France (au nombre de 4), j’ai décidé de tous les regrouper dans un seul et même article ! 🙂

 

 (présentations de l’éditeur)

 

 

Stravaganza-T1-copie-1.jpgTome 1, “La cité des masques”, 2006

 

 

 

Lucien est gravement malade. Pour l’aider à vivre cette épreuve, son père lui offre un très beau carnet fabriqué à Venise. L’enfant épuisé s’endort, le carnet à la main. Ce talisman va le transporter au XVIe siècle, à Bellezza. Cette réplique de Venise fascine immédiatement le jeune garçon. La ville est sous la menace de la redoutable famille Chimici qui veut contrôler la souveraine si belle, si hautaine, mais adorée de ses sujets : la Duchessa. Dans cette cité enchanteresse, Lucien sait qu’il a une mission à accomplir. En compagnie de son allié Rodolfo et de son amie Arianna, il devra trouver comment, lui, garçon du XXIe siècle, peut aider Bellezza et ses habitants. Car Lucien découvre, émerveillé, qu’il est un Stravagante : un être capable de voyager d’un monde à l’autre…
  
  
  
 
Ce premier tome a été pour moi une véritable révélation. J’ai de suite accroché avec le style de l’écriture qui est dénuée de tout chichis, et y gagne, réussissant ainsi à distiller toutes ses informations (que j’ai trouvé captivantes) sur cette “autre Italie”.
 Lucien est sans doute mon personnage principal préféré de cette série. J’ai été touchée par ce garçon atteint par la maladie et qui parait plus souffrir de ce qu’elle l’empêche de faire matériellement plutôt que de la douleur physique.
L’intrigue m’a captivée, et j’ai vraiment aimé le duo qu’il forme avec Arianna.
Mais c’est sans oublier toute une galerie de personnages secondaires plus bons les uns que les autres !
  
  
 
Stravaganza-T2-copie-1.jpg 
 
Tome 2, “La cité des étoiles”, 2006
 
 
 
Georgia ne rêve que d’une chose : monter à cheval dès que possible. Mais chez elle, elle doit surtout penser à éviter son demi-frère Russell, qui ne cherche qu’à la faire souffrir. Elle va devoir aussi l’empêcher de mettre la main sur la petite statue représentant un cheval ailé qu’elle a trouvée chez un antiquaire, et qui la faisait rêver depuis longtemps. Ce qu’elle ignore, en revanche, c’est que cette statue va lui permettre de s’échapper vers un autre univers, à la fois fascinant et déroutant : celui de Remora. Une cité du XVIe siècle où le cheval ailé sera au cœur d’un sombre complot…
 
 
 
 
 
 
 
Si Georgia devient le personnage central de ce second tome, et ce, pour mon plus grand plaisir car j’ai beaucoup aimé ses aventures en Talie, c’est avec un immense plaisir que j’ai retrouvé Lucien et Arianna, sans oublier tous les autres !
Georgia souffre cruellement dans sa famille recomposée où elle est maltraitée par son demi-frère, et ce, sans que sa mère et son beau-père ne fasse quoi que ce soit…
 Sinon, Remora est une ville captivante, et le rythme est toujours aussi bon. Décidément, ça faisait longtemps qu’une série ne m’avait pas autant plu !
 
 
Stravaganza-T3.jpg

 Tome 3, “La cité des fleurs”, 2007

 

 

Quand il découvre un mystérieux flacon devant la porte de chez lui, Sky est loin de s’imaginer ce qui l’attend. La nuit suivante, il est transporté à travers l’espace et le temps vers Giglia, qui rappelle la ville italienne de Florence. Le jeune garçon y apprend qu’il est un Stravagante et qu’il aura un rôle très important à jouer dans cet univers parallèle. Mais Sky n’est pas au bout de ses surprises : plongé dans les intrigues d’un couvent où les moines manient la médecine aussi bien que les poisons, il va découvrir qu’il pourrait bien ne pas être le seul Stravagante de son collège…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bien que l’idée d’une “cité des fleurs” m’ait vraiment séduite, et que le plaisir de retrouver tous les personnages soit là, je dois avouer avoir été moins touchée par le personnage de Sky, qui, même par la suite m’a assez déçue dans ses réactions.

Rythme toujours aussi effréné, rebondissements, informations sur l’Italie toujours aussi intéressantes, ce n’est pas pour autant que j’ai trouvé ce tome moins bon, c’est simplement une question de feeling avec le personnage… 🙂

 

 

Stravaganza-T4.jpg

 

Tome 4, “La cité des secrets”, 2009

(la couverture n’est pas une erreur, le “présentation” a en effet été totalement revisité…)

 

 

Matt déteste les livres : sous ses yeux, les mots s’embrouillent. Or, le jour de son anniversaire, il est étrangement attiré par un grimoire au fond d’un magasin d’antiquités. Le soir même, le voilà transporté au XVIe siècle dans la cité de Padavia. Il y fait la rencontre du célèbre professeur Constantin et apprend qu’il est un Stravagante, capable de voyager à travers l’espace et le temps. Dès lors Matt se trouve être le témoin de sombres complots et lui-même est menacé par un danger imminent. Il se pourrait bien que son manuscrit contienne les formules magiques les plus secrètes au monde…

 

 

 

 

 

 

 

Quatrième tome, et je suis toujours aussi enthousiaste !

Je dois juste avouer avoir trouvé Matt peut-être un peu plus “transparent” que les précédents personnages. Mais en même temps, tous avaient de tels caractères…

< span style="color: #339966;">Un personnage “plus simple”, plus “proche de nous”, lecteurs, peut-être ?

Une intrigue “tout feu tout flamme” (ouais, j’avais envie de la sortir celle-là… mais j’avoue qu’elle était très nulle :D)

Une belle surprise a la fin de ce tome… 🙂

 

 

 On s’aperçoit au fil de notre lecture qu’en fait, chaque personnage a un problème a régler au début de l’histoire, et que le fait de trouver refuge en Talie l’aide à avancer, et à aller mieux.

En effet, une fois que les personnages ont réglés le problème en question, ils ne retournent là-bas qu’occasionnellement, lorsqu’un camarade a besoin d’aide, ou qu’ils sont nostalgiques… 

  

Maintenant, ça fait deux ans que j’attends la suite, et n’ayant pas vraiment le niveau pour lire en vo, je passe régulièrement du temps sur la toile à chercher des informations sur une potentielle sortie prochaine. Alors, si une âme charitable avait des informations, je suis preneuse ! 😀

 

Voilà ! Je crois qu’il ne me reste plus qu’à vous recommander chaudement cette série malheureusement trop peu connue !

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

6 Comments on “Stravaganza de Mary Hoffman

  1. Je dois dire que tu as aiguisé ma curiosité 🙂
    Merci d’être passée !

  2. Et moi donc ! Cette série est l’une de mes séries jeunesse chouchou. Elle a un petit truc en plus qui fait que j’ai toujours de l’affection pour elle, même des années après la lecture du premier
    tome !

    Il est vrai qu’elle n’a malheureusement pas beaucoup fait parler d’elle. A mon grand regret, d’ailleurs, car, comme tu le dis, cela a entraîné la non publication de la suite, je le crains… Je
    pense que c’est tout à fait jouable en anglais, en effet… Je lirai la suite ainsi, j’aime trop cette série pour la laisser tomber pour une simple question de langue 😀

    En tout cas, Laura, vraiment ravie de trouver une autre amatrice de cette série trop peu connue 🙂

  3. Oh je suis comblée un article sur cette série de livres?! Ah je dois l’avouer je suis tomber amoureuse de la Talie dès le premier livre ! J’avais lu les deux premiers il y a un moment et je vais
    bientôt recevoir le trois et le quatre, j’ai vraiment hâte de m’y plonger ! 😀
    Malheureusement, les tomes 5 et 6 ne seront pas traduits… :/ ça me chagrine vraiment car ils avaient l’air intéressants! A tenter en anglais peut-être…

  4. Je crois que tu as mis le doigt sur ce qui me séduit tant dans cette série : son ambiance et la créativité de l’auteure, qui a vraiment créé quelque chose d’unique (du moins à ma connaissance) 🙂

    J’avais lu des extraits du tome 5 en anglais, et je n’avais pas du tout peiné à les comprendre, donc je pense qu’on connaîtra la suite des aventures de nos héros préférés 😀

  5. Oui je ressens la même chose, je sais pas si c’est l’ambiance de cette Italie du XVIè siècle ou la créativité de ces villes parallèles mais elle rend accro ! 🙂
    J’avoue que je ne comprends vraiment pas pourquoi elle a été si peu connue… Mais c’est vrai que comme tu dis, c serait trop bête de pas finir juste à cause de l’anglais, et puis ça doit pas être
    des livres trop trop durs à lire en anglais, l’écriture est quand même assez simple ça doit aider 😉
    Ah, mais c’est moi qui suit ravie ! 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.