Tournelune de Menie Grégoire

Roman de Menie Grégoire sorti 1983

Tournelune recadré

Synopsis :

 

Dans un futur qui est presque maintenant notre présent…

Tournelune est un château perdu d’Auvergne choisi pour être le Centre de Recherche de toute une équipe de jeunes et talentueux savants. Menée par le mystérieux Julien, elle est composée de  : sa femme, la belle mais effacée Irène, de son assistant Christophe, d’un couple américain : le fidèle John et sa féministe de femme : Dorothy, ainsi que d’Helmut, le bel allemand et sa secrétaire, l’intelligente Geneviève.

Le but de leurs recherches ? Faire revenir à la vie Hortense, l’ancienne chatelaine des lieux, et femme d’un arrière grand oncle de Julien, décédée il y a une centaine d’année noyée dans le lac voisin.

Hortense, la mystérieuse dame du tableau accroché dans le salon…

 

Une ambiance huis-clos, où chacun se révèle petit à petit…

 

______________

 

 

Sincèrement, je suis très troublée, car je suis incapable de dire si j’ai aimé ou non ce livre.

 

Déniché dans une boutique de livres d’occasion, j’ai vu qu’il n’avait pas été réédité depuis 2001.

Il m’a vraiment attiré au premier coup d’oeil avec son résumé mystérieux (que je n’ai pas recopié ici) et sa couverture que j’aime beaucoup. De plus, cela se déroule en Auvergne, région pour laquelle j’ai une affection toute particulière, ayant passée enfant toutes mes vacances là-bas, chez ma grand-mère maternelle… forcément, ça aide. Et ne connaissant pas du tout Menie Grégoire… je me suis laissée tenter.

 

Je n’ai pas vraiment tout compris à la technique employée pour ramener Hortence à la vie… trop ou pas assez de détails, je ne pas exactement… je sais simplement que j’ai eu une sensation de « en trop », à la limite, je me serais presque passée de tout un passage où l’on décrit la « renaissance » d’Hortense. Du moins… autrement.

 

Les personnages sont terriblements… humains dirais-je, chacun pourrait presque exister tant les réflexions et réactions m’ont toutes plus ou moins rappelées des choses vues autour de moi !

Tous je les ai détestés, puis plains, ou simplement apprécié tour à tour, -sauf peut-être Geneviève, sans doute mon personnage préféré…- cela m’a presque mise mal à l’aise.

 

Hortense est vraiment surprenante, alors que l’on s’attend à une femme effacé, telle qu’on se représente les femmes de son époque en général, et bien c’est tout le contraire ! Elle sait ce qu’elle veut et… elle l’obtient ! 

Mais à coté de cela, elle semble toujours vivre dans « son ancienne vie », refusant de connaitre toute avancée scientifique ou autre. On la sent effrayée !

 

J’ai eu une over-dose aux trois quarts du livre, et j’ai du tout arrêter pour ne reprendre que le lendemain ! Les belles paroles ditent me semblaient écoeurante à force…

En le reprenant le jour suivant, j’étais beaucoup plus « zen », et bien que moins enthousiaste qu’au début, j’ai beaucoup aimé cette fin qui m’a vraiment émue…

 

Quelque chose que j’ai vraiment apprécié : de nos jours où les scénarios se ressemblent tous plus ou moins, je ne savais vraiment pas du tout où l’auteure nous emmenait ! S’en était presque énervant tant elle y réussit bien !

 

Comme conclusion ? Eh bien comme dit plus haut, je n’en sais rien… si quelqu’un l’ayant lu a, pour sa part, une opinion tranchée, je serais curieuse de la connaître, car je suis vraiment confuse pour ma part 😀

 

 

Un extrait ?

 

Hortense semblait moins fragile que son portrait. Plus irréelle par contre, peut-être à cause de la blancheur extrême de sa peau.Une femme en soie, comme les poupées des divans. Le visage, le décolleté généreux, les mains, tout ce qui bougeait semblait d’une autre texture. Ses geste aussi surprenaient : la lenteur extrême de chaque mouvement, leur souplesse, leur douceur constrastaient avec le débit plein d’aisance et de vivacité, avec le regard vif, mobile, avec le sourire aussi. Comme si Hortense ne déployait son esprit qu’en tenant son corps en laisse.

 

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

2 Comments on “Tournelune de Menie Grégoire

  1. Je crois que ça vaut le détour, au moins pour voir ce que c’est ! Pour ma part, même si je n’arrive toujours à pas dire si j’ai vraiment aimé ou non :D, je suis heureuse de l’avoir lu. 🙂

  2. Le mot « mystérieux » suffit pour me donner envie de le lire ! J’espère que j’en aurais l’occasion 🙂
    Merci d’être passée 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.