Un amour peut en cacher un autre – Stéphane Daniel


Un-amour-peut-en-cacher-un-autre.gif


Alors, avant toute chose, je dois préciser une chose : « Un amour peut en cacher un autre » est le troisième tome de la série. Je n’ai pas lu les deux premièrs et même si la psychorigide en moi n’était pas du tout, mais alors pas du tout, ravie à l’idée de prendre le train en marche, je dois reconnaître que ça ne m’a pas dérangée plus que ça au final. Les pans de l’histoire qui pourraient nous manquer sont habilement restitués et, honnêtement, Gaspard a eu vite fait de me faire oublier que je le découvrais avec le troisième volet de ses aventures.

Déjà, ne me demandez pas pourquoi, mais je m’attendais à ce que Gaspard ait 14 ans à tout casser. Du coup, lorsque j’ai lu qu’il était en 1ère, je suis restée bête. Super bête. Je m’attendais à trouver un « petit frère » et en fait je veux épouser Gaspard, je me suis retrouvée face à un héros qui vit des aventures beaucoup plus proches de moi que ce que je pensais.

L‘histoire ? En gros, Gaspard, 17 ans, doit aller passer une semaine à la montagne avec sa bande d’amis et… Maud. Seulement, celle-ci va avoir un empêchement et ne pourra pas venir. Notre pauvre petit héros je te rappelle que tu étais censé être mon petit frère, Gaspard va donc se retrouver à skier sans bien-aimée à qui jeter des regards énamourés ou se rattraper. Ou pas. Sur facebook, il est sollicité par une certaine Chan. Seul détail : il est son seul « ami ». Qui est-elle ? Que veut-elle ?

J’ai lu ce livre alors que j’étais en pleine phase de révisions et, accessoirement, insomniaque. J’étais donc rayonnante de bonheur et prête à aimer tout et tout le monde. Je ne lisais pour ainsi dire plus, et j’ai un peu tourné la première page en désespoir de cause. La deuxième, parce que j’étais intriguée. La troisième, parce que ça ne me dérangeait plus de ne pas réussir à dormir. Gaspard, il est un peu comme les expériences culinaires de ma mère : je regarde d’abord ça d’un oeil critique et, dés la deuxième bouchée, je demande à la cuisinière en chef si elle est certaine d’avoir bien retenu comment elle avait fait ça parce que je ne pourrai dorénavant plus me passer de ce plat-là. J’ai dit. Pour ceux qui diraient que c’est une mauvaise comparaison, je vous repondrais que c’est absolument faux : le père de Gaspard est cuisinier, donc il y a un lien. Je vous prierais donc de cesser cette mauvaise foi vraiment malvenue.

Bref, revenons à notre Gaspard. Le livre étant écrit selon son point de vue, on a de suite une bonne idée de sa personnalité. L’humour est omniprésent, et j’ai éclaté de rire plusieurs fois durant ma lecture. Que ce soit le comique de situation ou de mots, j’ai aimé leur utilisation. Les personnages sont tous profondément attachants, que ce soit les amis de Gaspard, ou même ses parents. Je leur ai trouvé des accents de vérités qui font que je les ai très rapidement tous adoptés. 

En fait, le seul problème que m’a causé le fait de ne pas avoir lu les tomes précédents est que je n’ai pas réussi à m’attacher à Maud. Je ne la connaissais pas du tout, – mis à part au travers des quelques pages de son journal, qui n’ont pas réussi à me la rendre sympathique, malheureusement – et son histoire avec Gaspard ne me concernait pas le moins du monde… j’ai donc eu du mal à être en empathie avec elle, et ses états d’âmeseric me laissaient froide. L’histoire de la mystérieuse Chan m’a par contre passionnée… Je pense que je vais être obligée de lire les deux premiers tomes, dans le simple but d’être objective vis à vis de Maud, vous comprenez.


Vous l’aurez compris : j’ai eu un petit coup de coeur pour ce livre. Son héros atypique, le ton employé, très humoristique, tout en étant par moment touchant, l’histoire, pas vraiment compliquée, mais qui a su me captiver d’un bout à l’autre. Je m’attendais à passer un moment agréable, mais pas à autant apprécier Gaspard, honnêtement. Bref, une véritable bonne surprise. 

Par contre, désolé mon grand, mais il est vrai que ta Maud n’aura pas réussi à me convaincre… Je crois que je vais devoir reprendre tes aventures depuis le début, histoire d’essayer de comprendre, dans un but purement scientifique… tout ça tout ça, tu vois ?

Merci aux éditions Rageot de m’avoir permis de découvrir Gaspard 🙂

 

 



Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.