Un million d’éléphants – J-L Cornette & Vanyda

Je continue mon tour du monde en BD ; aujourd’hui c’est Un million d’éléphants qui m’amène au Laos, autrement dit, au Pays du Million d’éléphants et du parasol blanc …

Autant vous dire tout de suite, si je savais situer à peu près le Laos (entre la Thaïlande et le Vietnam, maintenant je le sais précisément :D), je n’avais absolument aucune base sur son histoire. C’est donc tout d’abord le thème de ce livre (et son titre, j’avoue 😉 ) qui m’a donné envie de le lire pour en apprendre un peu plus sur ce pays.

Concrètement, de quoi ça parle ?

Inspiré par la vie de sa famille, Vanyda (la dessinatrice) raconte l’histoire du Laos, des années 30 à aujourd’hui. 80 années durant lesquelles ce pays d’Asie du Sud-Est connut la guerre d’Indochine et du Vietnam, et devint dans la douleur une dictature communiste. Un récit choral, écrit par Jean-Luc Cornette, qui remémore les bouleversements d’un pays à travers les blessures, les espoirs de ses habitants.

On y ajoute des dessins que j’ai trouvé agréables, aux couleurs très vives qui donnent un belle profondeur aux images, des éléphants, et Un million d’éléphants avait de quoi me plaire !

Comme le précise le résumé, les 150 pages de cet album reprennent 80 ans d’histoire, ya intérêt à faire condensé … Et d’ailleurs, ça l’est, condensé. Comme je l’ai dit, je ne connais strictement rien à l’histoire du Laos, après ma lecture j’ai une vague idée de comment le pays a été affecté par les guerres et le communisme, mais ça reste très flou malgré tout.
Je crois que le mot clé du résumé, c’est « remémore », sauf que moi j’avais besoin de me « mémorer » avant de me remémorer 😀 J’avais repéré quelques pages à la fin avec des photos et des textes, je me disais que j’aurai droit à un exposé plus formel et plus précis de l’Histoire pour déblayer tout ça, chouette, chouette, chouette ! Et … non, il s’agit de la genèse du projet, le témoignage des auteurs qui racontent leur voyage au Laos pour écrire la BD. Plus passionnant qu’une page d’histoire que j’aurai pu trouver sur internet, mais sur le coup j’ai été un peu frustrée quand même :p
Ce n’est sans doute pas le but premier du livre, sinon je lirai une encyclopédie et basta, mais je me suis sentie parfois dépassée par la chronologie, les ellipses, les sauts géographiques

On y suit une dizaine de personnages, dans différents lieux, qui se croisent parfois. Un beau récit choral donc. Mais c’est aussi ce qui m’a perdue !
J’ai eu énormément de mal à différencier les personnages les uns des autres. J’arrivais facilement à reconnaître Bounthan et Ly Xia parce qu’ils ont des signes plus distinctifs (une chemise blanche pour l’un, un haut rouge et une petite moustache pour l’autre – heureusement qu’ils s’habillent toujours pareil :p). Mais les autres … comment dire … Virasay, Phou Chay, Soulivanh … je ne saurai plus vraiment vous dire qui a fait quoi dans le récit ! J’ai eu droit à de belles confusions pendant ma lecture.
Un exemple précis: au début, deux personnages viennent d’avoir un enfant coup sur coup. Sauf que je pensais que c’était la même personne, et donc que ces deux bébés étaient frères. Pas très grave en soit, mais j’y ai cru jusqu’à la moitié du livre au moins 😀

Pas toujours simple pour moi de suivre le scénario donc ! J’ai même regretté à un moment de ne pas avoir fait des arbres généalogiques 😀 Bon, j’exagère sans doute ! Je sais que j’ai toujours du mal quand les personnages sont nombreux, et le fait qu’ils ne sont ici pas toujours nommés et pour certains peu identifiables physiquement ne m’a pas aidée.

Mais j’ai fini par laisser tomber et à me laisser porter par le récit, par les histoires de ces différents personnages qui se croisent, se perdent et se retrouvent. Entre le Laos, le Vietnam, la France (y compris Toulouse, j’étais contente de voir le Pont Neuf, mais très déçue qu’ils ne montrent pas ma maison :D) Un million d’éléphants propose de faire un beau voyage depuis son canapé, à défaut d’à dos d’éléphant.

J’ai beau avoir eu du mal à reconnaître certains personnages, je me suis vraiment attachée aux principaux. On découvre pour chacun une belle tranche de vie, de la naissance, à la mort pour certains … leurs joies, leurs peines, leurs rêves. J’ai trouvé tous ces personnages très sympathiques et très « vrais ». Les auteurs se sont basés sur des témoignages de personnes qu’ils ont rencontrées sur place, et cela se sent, c’est très agréable à lire !

Je me doute que le livre doit également porter un regard critique sur l’Histoire et la société laotienne, mais ne comprenant pas toujours les références aux événements qui ne vont pas en profondeur, ce n’est pas ce qui m’a le plus marqué. J’ai été plutôt bouleversée par les destins personnels et singuliers des personnages.

Une jolie histoire donc, une lecture que j’avais du mal à lâcher, même si je me suis souvent sentie perdue dans la chronologie, les événements relatés et la profusion de personnages. J’en garderai malgré tout un très bon souvenir, et je la relirai sans doute prochainement pour que mon esprit mette de l’ordre dans ce qu’il a, sans doute à tort, emmêlé pendant ma lecture :p

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

4 Comments on “Un million d’éléphants – J-L Cornette & Vanyda

  1. Hello,
    Perso je viens de découvrir une facette du Vietnam à travers Les Brumes de Sapa de Lolita Séchan et c’est vrai que résumer de l’Histoire en BD c’est pas évident, mais très belle BD, je conseille !
    Sinon j’ai lu Entre ici et ailleurs de Vanyda et je l’ai trouvé très belle, le Laos est ici abordé du point de vue de la culture, du racisme et de la tolérance donc très léger en termes d’Histoire, ça devrait vous plaire 🙂

    • Oh super ! J’avais repéré Les Brumes de Sapa mais je ne me suis pas vraiment penché dessus j’hésitais mais du coup ton conseil va peut-être faire pencher la balance ^^ (en plus je n’ai pas encore le Vietnam sur ma carte de tour du monde en BD Héhé). C’est vrai que ce n’est pas facile de résumer un aussi grand pan de l’histoire. Je suis sûre qu’avec des bases j’aurai mieux suivi, mais je partais vraiment de zéro !
      Je ne connaissais pas Entre ici et ailleurs par contre, effectivement c’est le genre d’ouvrage qui peut me plaire, je note ! 🙂 Merci pour ton commentaire !

    • Oui, j’aime beaucoup faire ça : je suis toujours à la recherche de romans graphiques (auto)biographiques pour découvrir des pays que je ne visiterai sans doute jamais ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.