Une Île – Tracey Garvis Graves

 

 

une-ile.jpg

 

Oui, ceci est vraiment une romance. Non, j’étais pas malade lorsque je me suis dit “tiens, celui-là, je veux le lire”… j’étais juste en phase de révisons intenses, entre deux grosses pannes de lectures. Du coup, étant donné que je n’avais jamais lu de Milady Romance, et que j’étais curieuse, entre la couverture et le résumé annonçant une histoire atypique. Je me suis donc dit “Et pourquoi pas ? Moi aussi, j’ai un coeur qui peut passer en mode chamallow, moi aussi, je peux vouloir passer du côté rose de la force, faire des coeurs avec mes mains et pousser des “hii”.

 

En plus, tous les échos que j’avais eus sur ce livre étaient résolument positifs et s’accordaient à dire qu’ils avaient été émus, etc… Alors, une fois encore – je sais que je radote, mais c’est tellement bon, et je ne vois pas pourquoi je devrais attendre d’avoir 80 ans pour le faire –, pourquoi pas moi ?

 

L’histoire est, grosso modo, la suivante : Anna est un professeur de trente ans qui traverse une mauvaise période dans sa relation avec son petit-ami, qui ne veut pas s’engager alors qu’elle commence à sentir l’horloge interne tourner et que l’envie de fonder une famille se faire sentir. Alors, pour prendre un peu de recul, elle accepte un travail d’été, qui consiste à remettre à niveau T.J., un jeune de seize ans tout juste guéri d’un cancer qui l’a empêché de suivre normalement les cours durant l’année. Les parents de T.J. ayant prévu de passer les vacances sur leur île perdu en plein océan exactement pareil que moi, mon île privée est déjà en train de m’attendre, Anna et T.J doivent les y rejoindre. Cependant, l’avion dans lequel ils se trouvent est victime d’un accident. Le pilote meurt, et nos deux héros, sans aucun moyen pour signaler leur position, vont échouer sur une île où il vont devoir s’adapter et… devenir des Robinsons…

 

Ouais. Je sais qu’est-ce que vous vous disezue ça peut faire un peu glauque dit comme ça, le fait que l’héroïne soit trentenaire et le héros même pas dans la vingtaine au début de l’histoire non, le fait qu’ils s’échouent au milieu de nulle part ne me semble pas glauque du tout. Au contraire, je trouve ça sooooo romantique, même s’ils meurent de faim, de froid, de solitude, il faut savoir sacrifier ces choses-là sur l’autel du romantisme. Cependant, il me faut avouer quelque chose : l’auteure gère son histoire de telle manière que ça ne m’a absolument pas choquée. Si Anna, à peine échouée, avait proposée à T.J de se réchauffer parce que, “franchement, ils se les pèlent sur cette île et qu’elle est son professeur après tout, il faut bien qu’elle lui apprenne quelque chose…” ……………………………………

……………

 

Là, nous sommes d’accord, çà aurait été glauque.

 

Au contraire, la première partie du livre est dédiée à leur adaptation à cette situation terriblement difficile. Le tout est très descriptif, et j’ai suivi avec attention leurs actions, souvent admirative face à leur ingéniosité. Rien ne m’a semblé “trop facile”, même s’il leur est arrivé d’avoir de la chance à certains moments, en contrepartie, ils leur arrivaient des choses tellement difficiles que j’ai trouvé que l’ensemble s’équilibrait bien. Mon seul problème ayant été que, justement, j’ai suivi ça avec intérêt. Je ne me suis pas vraiment sentie “investie” dans leur relation. Les astuces qu’ils trouvaient pour s’en sortir m’intéressaient plus que l’évolution de leur relation. Anna et T.J étaient deux personnages que j’ai appréciés, à certains moment je me suis sentie en empathie avec eux, lorsqu’une nouvelle tuile leur tombait dessus, mais le côté romance… m’a laissée totalement froide. Je suis restée extérieure à cet aspect-là de l’histoire alors que, justement, lorsqu’on lit une romance, on s’attend un minimum a être captivé par l’histoire d’amour… non ? Ou alors je confonds avec la Dark Fantasy ?

Je n’ai été vraiment émue à aucun moment. J’ai suivi leurs aventures, j’ai été contente lorsque ça allait bien pour eux, et lorsque ça n’allait pas je souhaitais pour eux que cela s’arrangemais tout ça “de loin”.

 


 

Il est possible que je sois passée à côté du livre, car il est joliment écrit et, même si l’histoire manque parfois un peu de rythme, elle est agréable à suivre.

Les personnages m’étaient sympathiques, le synopsis très original.

Mais non. Une jolie histoire, que j’ai aimée lire sur le moment, mais qui ne m’a pas marquée plus que ça. Je n’en retire rien de particulier, et c’est ce qui me gêne principalement. Cependant, pour une lecture d’été, ça restera un souvenir agréable.

 


Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

4 Comments on “Une Île – Tracey Garvis Graves

  1. Bah écoute, avec tous ces éloges, il m’intimidait également… et en fait, c’est pour moi une jolie histoire, dure par moment, mais qui ne m’a pas émue autant que je le pensais. J’y suis restée
    extérieure, mais j’ai apprécié, je t’encourage donc malgré tout à le découvrir, du coup :p

  2. Tout comme toi, on m’a dit le plus grand bien de ce livre. Tu relativises les choses, et j’aime ça ! Ça le rend moins intimidant 🙂 A l’occasion, je me laisserais sûrement tenter 🙂

  3. Je comprends, moi aussi ça me faisait bizarre avant de le commencer, et je l’ai complètement oublié durant ma lecture en fait, même si beaucoup de ficelles sont “grosses”. C’est l’un des aspects
    qui m’ont plu dans le livre, d’ailleurs. Tester, je suis toujours pour tester… après, il est vrai que ce livre-ci, je crois que j’aurais pu m’en passer au final. Cependant si tu en as
    l’occasion, tente-en la lecture, c’est toujours bien de pouvoir se faire sa propre opinion 🙂

    Désolée pour ces réponses si tardives en tout cas, merci d’être passée Topo’ 🙂

  4. Moi ce qui me gêne c’est que le côté ”on s’échoue sur un île subitement” ça me fait bizarre même si cela peut arriver. Plus je le vois, plus je me dis que je devrais tester, mais je suis quand
    même un peu réticente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.