Vampire City tome 5 – Rachel Caine

Je vous en avais déjà parlé :

* Vampire City Tome 1 de Rachel Caine

* Vampire City Tome 2 de Rachel Caine

* Vampire City Tome 3 – Rachel Caine

* Vampire City tome 4 – Rachel Caine

 

! Spoilers pour  les personnes n’ayant pas lu les tomes précédents 😉 !

 

Vampire City tome 5

Présentation de l’éditeur

L’orage gronde à Morganville. Bishop, le vampire maléfique, a pris le contrôle de la ville. Mais Amelie, sa fille, ne compte pas se rendre sans combattre. Pendant que les vampires échangent coup pour coup, les humains en profitent pour se révolter contre les vampires qui les asservissent depuis si longtemps. Et comme si ça ne suffisait pas, les éléments s’en mêlent : une tornade effroyable se prépare. De désastre en catastrophe, comment Claire et ses amis vont-ils s’en sortir ?

Depuis le début, je le dis et le répète : si cette série n’est franchement pas mémorable d’après moi, elle en reste tout de même un divertissement que j’ai trouvé idéal par cette saison de chaleur où se poser avec un livre sans prise de tête est bien agréable. Vampire City, moi, un bon fauteuil disposé au frais ; voilà une perspective qui m’enchantait particulièrement, et ce fut en effet un très bon moment.

Suite aux évènements du tome précédent, la situation est vraiment critique à Morganville, et c’est bien sûr à nos compagnons de la maison Glass de s’y coller.


Michaël est toujours aussi… vampirique, Shane aussi idiot porté sur le “fonçage dans tas sans réflexion aucune” (mais bon, dans ma grande bonté, j’ai réussi à pardonner ces écarts à lui et ses 1m80 de muscles – et ces derniers n’ont aucun rapport avec ce fait, bien sûr), Eve a toujours autant tendance à se la jouer “grande soeur qui sait tout juste car elle a deux ans de plus que Claire”, mais ses réparties la plupart du temps très bien trouvées me feraient presque oublier ce point qui a tendance à m’agacer fortement au bout de cinq tomes et Claire est encore et toujours… Claire. La fille qui a très souvent des idées assez… surprenantes, dans le sens où leur logique m’échappe parfois (mais bon, nous sommes dans un livre, et ça marche étonnamment bien, donc tout va pour le mieux), et est obsédée par l’idée que Shane ne veuille pas coucher avec elle (c’est là où j’ai de sérieux doutes concernant son génie, ou, du moins, celui-ci ne concerne pas les lois existantes qui concernent les relations majeurs/mineurs et que ses caprices risqueraient d’apporter de gros soucis à son cher et tendre… comme s’il n’en avait pas déjà assez, le pauvre petit). Mais bon, Amélie et Myrnin sont là pour sauver les meubles (Myrnin, épouse-moi !) et, malgré tout, même si je ne suis pas très tendre avec les quatre colocataires, c’est parce qu’au fond, je les aime bien malgré tout (qui aime bien châtie bien, n’est-ce pas ?)(j’adore les proverbes, toujours là pour vous sauver lorsqu’une horde de fans assoiffées de sang sont à vos portes car vous vous êtes moqué de leur Shane chéri ; du calme les filles, laissez-moi simplement l’Alchimiste, et, promis, je ne parlerai plus du fait que Shane a quand même tendance à foncer stupidement dans le tas toutes les dix pages).

Bref, excusez l’expression, mais c’est tout de même le bordel total dans la ville des vampires. L’ambiance, assez légère en comparaison, des premiers tomes s’est effacée pour laisser place à  l’action et les rebondissements. Les histoires de coeur des héros ont un peu été mises de côté (même si Claire trouve encore le moyen, au milieu du chaos, de se taper un blablatage entre filles avec Eve afin de tâcher de comprendre le comportement tout bonnement in-com-pré-hen-sible de Shane), ce qui se comprend.

J’ai énormément aimé la manière dont les évènements se déroulent, et même les évènements en eux-même.

Tout s’enchaîne de manière fluide et les pages se tournent à toute allure, même si je déplore encore une fois le style d’écriture que je trouve un peu trop simpliste à mon goût. Si la profusion de dialogue permet de maintenir un certain punch, il n’en reste pas moins que l’amoureuse de belles phrases en moi déplore l’absence de… de “beauté” en fait (je n’ai jamais dit que je savais bien écrire, MOI, n’est-ce pas :D). Cela dit, l’écriture n’en colle pas moins à l’histoire, je me dois de le reconnaître. C’est efficace, voilà tout.

Le monde créé par l’auteure me séduit toujours autant, Morganville et ses secrets sont avant tout ce qui m’intéresse le plus dans cette série et Rachel Caine réussi à en livrer petit à petit les mystères, de manière à ce que j’aie envie de lire le tome suivant malgré les petits détails que je déplore comme dit plus haut. D’ailleurs, elle renoue avec ses bonnes vieilles habitudes des premiers tomes et offre un cliffhanger final que j’ai adoré, vivement septembre pour connaître la suite !

* *

Un tome 5 que j’ai presque préféré au 4. Actions et rebondissements sont au rendez-vous, des personnages que j’aime beaucoup, comme Myrnin et Amélie y tiennent une jolie place, même si je regrette encore une fois certaines réactions de Claire ou encore l’écriture dénuée de poésie.

Vivement le prochain tome, qui, si j’ai bien compris, marque la fin d’une sorte de “premier cycle”, bon nombre de mes questions devraient donc trouver réponse. 

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

2 Comments on “Vampire City tome 5 – Rachel Caine

  1. Pourtant il y a les romances Claire/Shane et Michaël/Eve, quoique… peut-être ne sont-elles pas très développées dans le premier tome 🙂

  2. Je n’ai lu que le premier tome de cette saga. J’avais bien aimé mais sans plus. Le manque de romance m’avait un peu gêné. Il me fait un soupçon de romance lol.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.