Vincent – Tim Burton

Avant de réaliser les films cultes qu’on connaît, Tim Burton a travaillé pour des studios d’animation (notamment Disney), et réalisé des courts-métrages. Et oui, comme tout le monde il a fallu qu’il apprenne et qu’il s’exerce, je sais, ça casse le mythe …
Mais pas d’inquiétude, à ses débuts, Timtim était déjà Timtim ! Et on le voit bien dans ce court-métrage de 1982: Vincent.

 

Vincent Malloy est un petit garçon de 7 ans, qui n’a qu’un seul rêve : être Vincent Price, acteur à la voix ténébreuse coutumier des films d’épouvante. C’est ainsi que, sous son apparence d’enfant bien élevé, c’est un grand amateur de la littérature d’Edgar Allan Poe et il rêve de transformer son chien en zombie et faire de sa tante une poupée de cire.

Vincent - Tim Burton

.

Ce court-métrage est présenté comme le film le plus autobiographique de Tim Burton. On comprend pourquoi il ne se plaisait pas vraiment chez Disney… :p

 

 

 

Dès ce premier film on retrouve l’esthétique et les thèmes propres à Burton

qui le suivront sur tous ses autres films (même s’ils ont un peu évolué sur les films plus récents) : l’influence de l’expressionnisme allemand : l’importance du décor, sombre et tout tordu, les personnages longilignes un peu torturés, des plans très construits et des images contrastées, et des bêbêtes étranges

 

 

Vincent a également le mérite de nous présenter ses influences : oui si on en doutait encore, le cinéma de Tim Burton est en partie influencé par l’oeuvre d’Edgar Poe ! (Entre vous et moi d’ailleurs, je trouve ce synopsis un peu étrange : depuis quand on ne peut pas être bien élevé et fan d’Edgar Poe ? :p)

 

Le film reprend quelques-unes des thèmatiques de Poe, le portrait évoque Le Portrait Ovale, l’épouse enterrée vivante La Chute de la Maison Usher, et Vincent cite à la fin une phrase du Corbeau, trois nouvelles importantes de l’oeuvre d’Edgar Poe.
Le court-métrage en lui-même, même si ce n’est pas une adaptation complète d’une œuvre de Poe en reprend la structure et l’ambiance, parfaites par le commentaire en vers et en rimes.

Vincent is nice when his aunt comes to see him,
but imagines dipping her in wax for his wax museum.
he likes to experiment on his dog Ebocrombi,
in the hops of creating a horrible zombie.
So he and his horrible zombie dog,
could go searching for victims in the London fog.
His thoughts though aren't only of goulish crime,
he likes to paint and read to pass some of the time,
While other kids read books like "Go Jane go",
Vincent's favourite author is, Edgar Allan Poe.
One night while reading a gruesome tale,
he read a passage that made him turn pale,
such horrible news he could not survive,
for his beautiful wife had been buried alive.

Extrait du commentaire original de "Vincent"

Je trouve qu’il n’est pas forcément assez long pour qu’on y soit plongé totalement, alors je l’ai regardé deux fois de suite pour être vraiment dans l’ambiance avant de vous en parler 😀 Mais ce court-métrage met déjà en place tout ce qui fera le cinéma de Tim Burton : entre expressionisme allemand et références littéraires gothiques.

Pour tout fan de Tim Burton ou d’Edgar Poe, ce petit film de 5 minutes est à voir !

Alors je vous laisse le découvrir.

Vincent – Tim Burton – 1982 (film complet)

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.