Balade Littéraire #42: La Maison de Victor Hugo Place de Vosges (Paris)

Il va se passer quelque chose d’absolument incroyable : nous allons vous parler d’une balade littéraire que nous avons fait ensemble il y a … 5 ans ! (les photos de nous en témoignent … et la qualité des photos tout court d’ailleurs ^^) et publier un article écrit il y a … 1 an (on n’en peut plus de nous…).
Mais ça pourrait être pire : en 2012, La Luciole qui ne connaissais même pas encore Deedr a visité la maison de Balzac et compte encore bien en parler :p

Bon, nous avons quand même vérifié que la Maison de Victor Hugo était encore ouverte, … et il se trouve que oui, alors partant du principe que ça n’a pas trop changé * (car la personne qui habitait les lieux n’y vit plus … à part son fantôme peut être, ou son âme prisonnière de … euh sa plume ou de son bureau …) on va vous raconter notre visite de la maison de Victor Hugo !

En réalité, on ne vous en parle que maintenant mais c’est une des toutes premières BL que nous avons faite quand nous avons lancé la rubrique et … et on n’était pas plus dégourdies qu’aujourd’hui – même encore moins (oui, oui, c’est possible) car maintenant on commence à avoir de l’entraînement pour trouver des plans :p Mais pour la maison de Victor Hugo, alors même que nous avions bien noté l’adresse, nous avons fait trois fois le tour du quartier et quinze fois le tour de la Place des Vosges (« Tiens, encore une galerie d’art, mais on dirait qu’ils exposent tous les mêmes trucs moches » ← (les œuvres exposées ont dû changer depuis, en tout cas on l’espère pour eux, du coup on peut se le permettre o:) )

Cette visite approfondie du quartier a été pour nous l’occasion de nous rendre compte, que la place des Vosges était exactement l’endroit où nous voulions trouver un appart’ pour la colloc qu’on voulait faire à l’époque …:D

Nous avons quand même fini par trouver (la maison de Victor Hugo, pas notre appartement Place des Vosges, hélas). Et voilà … on peut arrêter ici notre article, parce qu’on a préféré la Place à la maison de Victor Hugo o:)

Tout ça pour ça …

Ce qu’on retiendra surtout de la visite (hormis la Place des Vosges), c’est une composition un peu particulière que nous n’avons pas croisée lors de nos visites d’autres maisons d’écrivains : l’appartement de la Place des Vosges n’est plus similaire à ce qu’il était lorsque Victor Hugo y vivait, seules les deux premières pièces en sont représentatives, les suivantes sont des reconstitutions des pièces de sa maison à Guernesey.

On commence la visite par l’antichambre et le « salon rouge » qui retracent certains éléments de sa vie familiale, notamment à travers des portraits. Celui qui nous a le plus marquées est celui de sa fille Léopoldine, accompagné d’explications sur les circonstances de sa mort, décédée tragiquement par noyade et pour qui il a écrit le poème « Demain dès l’aube ».

Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.
J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.
Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.
Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.
3 septembre 1847

Bon ! Pour partir sur des notes plus joyeuses, autre élément marquant de notre visite, c’est le salon chinois ! Nous ne nous y attentions pas, l’effet de surprise habituellement escompté de ce genre de pièce et autres cabinets de curiosités a complètement fonctionné, nous avions réellement l’impression de nous retrouver ailleurs !

Après ce salon chinois, la salle à manger, le petit salon, le cabinet de travail (dans lequel on peut voir un magnifique buste de Hugo par Rodin ! Et qui semble avoir été retapissé d’après ce qu’on voit sur le site, nous, nous avons vu des fleurs roses et de la moquette faute de belle tapisserie verte et parquet massif, on est deg’…), on termine la visite par la chambre.

Nous avons pu y voir le bureau, qui d’après nos souvenirs avait été fait sur mesure : un meuble surélevé car l’auteur appréciait particulièrement écrire debout (il devait avoir une bonne circulation sanguine au niveau des jambes le monsieur !).

Et le meilleur pour la fin, vous commencez à avoir l’habitude dans nos articles « Maisons d’écrivains »… qui dit chambre, dit lit … et forcément, c’est celui dans lequel Victor Hugo est décédé … Forcément … Alors pas de masque mortuaire cette fois-ci, mais un tableau représentant Hugo sur son lit de mort, ça devient une obsession, le clavier sur lequel on écrit en perd ses touches (littéralement) !

Entre Léopoldine et le lit de mort de Hugo, dit comme ça ça fait un peu un peu sordide, mais la visite était quand même plutôt sympathique bien que pas exceptionnelle (on n’aurait peut-être pas attendu 4 ans pour vous en parler sinon …). Sans être vraiment déçues, on voulait trouver autre chose pour terminer notre après-midi de manière vraiment sympa, et c’est comme ça qu’on s’est retrouvées au Loir dans la Théière ! 😉

* à part la tapisserie …

Infos pratiques

Maison de Victor Hugo
6 place des Vosges
75004 Paris 
Tél. : 01 42 72 10 16

Jours d’ouverture
Ouvert du mardi au dimanche, et certains jours fériés (14 juillet et le 15 août)
Fermé tous les lundis, ainsi que le 1er janvier, le 1er mai et le 25 décembre.

Horaires
• 10h : Ouverture du musée
• 17h : Fin de la location d’audio guide
• 17h40 : dernière entrée
• 18h00 : Fermeture du musée

Balade Littéraire #11 : Sur les pas de Victor Hugo – Ault (Baie de Somme)

Qui dit vacances, dit envie de se promener, de se détendre, de voir de beaux paysages et de profiter du soleil (mais sans avoir trop chaud…). Si c’est effectivement votre cas, c’est la balade littéraire qu’il vous faut. Mais si vous préférez le canoé-kayak, changez de blog …
J’ai découvert l’existence de ce parcours « Sur les pas de Victor Hugo » un peu par hasard lorsqu’on est allé voir en famille les falaises de craie en Baie de Somme, plus précisément à Ault (je ne sais pas comment on le dit, ça me tracasse…), et il a ajouté à mon intérêt pour cette petite promenade.
Entre 1837 et 1849, Victor Hugo a fait plusieurs voyages en Baie de Somme, notamment autour de ces falaises.

 

Aujourd’hui les randonneurs ont la possibilité de refaire son trajet grâce à ce parcours balisé mis en place dans un très beau paysage.

Des panneaux ponctuent la promenade : les photos d’époque en comparaison avec le paysage actuel, et surtout extraits de lettres de Victor Hugo dans lesquelles il décrit son voyage permettent de se plonger pleinement dans son escapade.

 

Le compagnon de route de Victor Hugo, c’est vous !

Oui, dit comme ça, ça donne envie, et je partais pleine d’espoir ! Nous avons trouvé le premier panneau sans aucune peine, sans même le chercher à vrai dire. On était ravi, il indiquait le numéro 0 : sans avoir fait exprès on se retrouvait au tout premier panneau du parcours ! Bon… il s’est avéré que le deuxième panneau était le « numéro T ». Notre fameux zéro était le O de Victor. On n’est pas doué, on n’est pas doué, que voulez-vous …

On s’est trouvé encore plus bêtes quand en haut d’escaliers s’offraient à nous deux solutions : ou nous rebroussions chemin, ou on enjambait la barrière … Cette promenade s’annonçait DEJA compliquée 😀 Et ça ne s’est pas arrangé car nous n’avons jamais trouvé le panneau C …:D

Nous avons bel et bien enjambé la barrière (parce qu’on est des fifous un peu), et continué notre route mais on s’est enfoncé dans les champs de maïs … On est finalement retourné à la voiture et avons quand même fait une jolie petite balade de presque une heure. Par contre désolée pour Victor Hugo dont les panneaux devaient former le nom, mais notre trajet aura été O.T.T.O.. « Sur les pas d’Otto », ça le fait aussi …

Vous l’aurez compris, si les autres balades littéraires étaient toutes enthousiastes, je suis plus mitigée sur celle-ci … L’idée m’a vraiment séduite, mais le parcours n’était apparemment pas vraiment balisé et on a tôt fait de se perdre (surtout connaissant mon sens de l’orientation quasi inexistant…). Après quelques recherches j’ai trouvé le plan de cette promenade, on pensait qu’elle longeait le bord de la falaise, mais en fait elle fait le tour du village

En gros, il faut repérer le chemin avant et ne pas partir à l’aveuglette comme nous l’avons fait pour profiter pleinement du parcours, ce qui est dommage et enlève un peu de charme et de spontanéité …

Renseignements pris sur le village où nous étions : la falaise à cet endroit-là a perdu 70 m en un siècle à cause de l’érosion. On voit même des fondations de maison dans le bord de la falaise et les maisons encore sur pied ne pourraient donc pas être plus menacées ! On imagine aisément qu’ils ont donc autre chose à penser qu’à ce parcours littéraire pour touristes, aussi sympathique soit-il 😀

J’ai terminé ma balade un peu déçue de ne pas avoir trouvé plus de panneaux, les extraits que j’ai vu étaient judicieusement choisis et faisaient voir les paysages et le village d’un autre regard. Mais tant pis pour Victor Hugo, on a profité de la vue sur la mer, du petit vent, de nos coups de soleil et du cri des mouettes qui donnait au village des airs de ville pirate fantôme.

Alors si vous êtes dans la région, ça vaut le coup d’oeil, à condition d’avoir le plan (ce dont nous sommes décidément incapables sur Deedr) !:p

 

Après "O" et "T", nous avons continué à longer la falaise pour trouver les suivants ... visiblement ce n'était pas ce qu'il fallait faire !

Après “O” et “T”, nous avons continué à longer la falaise pour trouver les suivants … visiblement ce n’était pas ce qu’il fallait faire !

 

Bibliothèque des gens #31 : la bibliothèque de Blanche

Parce qu’une bibliothèque ce n’est pas simplement des livres posés sur une planche de bois, parce qu’il existe autant de sortes de bibliothèques qu’il y a de lecteurs, nous avons eu envie d’une rubrique dans laquelle on pourra présenter ces bibliothèques.

Qu’elle soit parfaitement classée ou dans le bazar le plus ultime, pleine de classiques ou de Marc Levy, belle ou insolite, chaque bibliothèque est unique, propre à son lecteur ! Voyez plutôt !

(et envoyez nous une photo de la vôtre à deedr.ml@gmail.com pour apparaître dans la rubrique !
La Bibliothèque de Blanche

Nous avons bien peu souvent des photos de bibliothèques d’enfants dans la rubrique (celle-ci est la troisième après celle de Louane et celle d’Éléonore), mais je les aime à chaque fois beaucoup. Je trouve ça très beau qu’à l’image de celles de adultes toutes ces bibliothèques d’enfants aient déjà leur personnalité, des goûts de mini-lecteurs bien affirmés ! 🙂

Blanche a 8 ans, elle aime lire, dessiner des mangas, faire du piano et du handball. Et en plus du paragraphe précédent, si j’aime beaucoup sa bibliothèque c’est qu’elle ressemble un peu à la mienne quand j’avais son âge :p (le rose en moins.) La Bibliothèque Rose, les livres de contes, les J’aime Lire, les Grands Galops … Et même de faux macarons et une boîte de thé qui pourraient tout à fait traîner dans ma bibliothèque actuelle. Que voulez-vous, ça m’émeut toute cette nostalgie :p

Et vous, votre bibliothèque d’enfant elle était comment ? Qu’est-ce qu’il y avait dedans ? 🙂

Les Orphelins Baudelaire – la série Netflix, Saison 2

(sans spoiler)

Après la saison 1, les Orphelins Baudelaire continuent leur périple de foyers en foyers, le Comte Olaf et ses horribles sbires toujours à leurs trousses … !

Je suis loin d’être une série-addict, donc je me trompe sans doute, mais si je me fie aux tomes 2 des livres ou aux volets 2 des sagas de films, généralement les numéros 2 sont moins bien que les premiers. Ou à qualité égale. C’est donc ce que j’attendais au mieux pour la saison 2 des Orphelins Baudelaire. Et puis …

OH YEAH ! J’ai adoré cette saison 2 !!

Je sais qu’après les articles sur la série de livres, sur les « extras », sur la saison 1, je ne suis plus crédible quand je dis que j’ai adoré … J’avoue que j’ai un peu l’impression de me répéter, et je crois que si vous avez lu ces articles, vous avez compris que je suis fan et que Lemony Snicket c’est un peu toute ma life 😀 – Appelez-moi Luciole Snicket please ! Ou Luciole Handler (le vrai nom de l’auteur), je ne suis pas difficile. – Et du coup comme j’ai tout à fait conscience de faire la groupie à chaque article, je n’avais pas prévu de vous parler de cette saison 2. Mais ça c’était avant de la voir … !

Une chose toute bête pour commencer, qui a fait que j’ai été plus transportée par la saison 2 que par la première : …
il y a Nathan Fillion !!! Et lui je l’aime ! et je n’avais pas regardé le casting donc quelle surprise quand il est apparu sur mon écran <3 (je n’ai pas embrassé l’écran promis).



BGGG Jackie !

Et avant d’être emportée par le charme de Nathan Fillion, j’allais dire que ce qui a fait que j’ai préféré cette saison 2 c’est que j’avais bien plus en tête les 3 premiers épisodes grâce au film, et même le 4ème, même si je ne sais pas trop pourquoi, que les suivants.
Les tomes 5, 6, 7 et 8 adaptés dans la deuxième saison ont donc été une plus grande découverte pour moi. Mes souvenirs étaient vraiment très lointains et très flous. Je me souvenais de la rencontre avec les Beauxdraps, très vaguement de la statue de l’Arbre aux Corbeaux, encore plus vaguement des lions de la Fête Féroce, mais c’est tout … Par contre j’avais des souvenirs qui semblent finalement avoir été inventés par mon esprit … ^^ Et je ne crois pas que c’est l’adaptation qui est en cause, je pense vraiment avoir en tête des éléments d’histoires parallèles qui n’existent pas du tout dans la série de livres, il va vraiment falloir que je les relise … surtout la fin, je crois que je me suis fait un film … xD A ma décharge, j’ai dû lire les livres il y a bien dix ans …, mon jugement n’a plus aucune objectivité 😀 (sauf les “extras” que j’ai lus il y a 2-3 ans)

Bref donc, j’ai eu un plus grand sentiment d’inédit que sur la première saison, ce qui fait que j’ai d’autant plus apprécié les révélations.

Parlons-en justement des révélations (SANS spoiler). Si la saison 1 plantait plutôt le décor et était surtout une successions d’horribles événements dans la vie des Baudelaire, la saison 2 commence à tisser un fil conducteur. On avait bien compris qu’un mystère entourait les Baudelaire, dans ces nouveaux épisodes, on commence à en apprendre plus sur le pourquoi du comment (et à se poser de nouvelles questions évidemment), mais du coup, je trouve qu’on a encore plus envie de connaître la suite.

Je me demande quand même (mais sans aucune certitude) si la série n’en dit pas plus que les livres au même stade … Je n’avais pas eu l’impression que certains éléments dans les livres soient si clairs, sur l’objectif de VDC / VFD par exemple … Il m’a semblé avoir certaines de ces réponses aussi catégoriques uniquement en lisant The Unautorized Autobiography. Mais je n’en mettrais vraiment pas ma main à couper vu ce que j’ai dit précédemment : je pense vraiment avoir un souvenir très biaisé des livres ! x)

Enfin bref, on n’est pas là pour parler de ma mémoire défectueuse. On peut parler de ma grande empathie si vous préférez 😀 Je vous l’avais dit que j’étais désormais Luciole Snicket, cet article est donc à moitié sur moi o:)
Non ?
Pfff …

Je vous le dit quand même : une autre chose qui a fait que j’ai préféré cette saison, c’est que les Baudelaire obtiennent enfin des alliés qui servent un peu à quelque chose … Du genre, pas Poe quoi … Et ça fait tellement de bien ! Sérieusement, j’ai beau savoir que c’est tout le but de la série, au début de chaque épisode quand les orphelins sont pendant un temps libérés du Comte Olaf, j’avais toujours l’impression que ça allait durer, et quand il débarque toujours au même moment de l’épisode, avec son nouveau déguisement, je commençais à trouver ça répétitif et ça me gavaiiiit ! (la meuf qui n’a rien compris à l’histoire :D). Du coup Jacques, la bibliothécaire, « Larry your waiter » apportent un renouveau bienvenu dans les épisodes !

Et les personnages adoptent à chaque épisode un nouveau costume des plus WTF sexy … c’était important de le noter, oui 😀

Et bien sûr, les images sont toujours aussi belles, créant un univers particulier à chaque épisode ; Neil Patrick Harris est toujours aussi hilarant en Comte Olaf et je trouve tous les acteurs vraiment pas mal du tout ! Mais bon, si je dis ça je vais recommencer à me répéter … Donc cet article se contentera de comparer la saison 2 à la 1, et à dire que je suis TELLEMENT CONTENTE qu’il y ait enfin une adaptation qui semble aller au bout de cette histoire ! :’) Je croise tous mes orteils pour la saison 3 ! (sinon je sacrifie une chèvre sur l’autel olafien. Sisi, il existe)