Céphéide – Clotilde Bruneau & Mélissa Morin

Donner mon avis sur la BD Céphéide, ça doit être la chronique la plus difficile que j’ai eue à écrire depuis le début de Deedr ! Même après plusieurs semaines je ne sais toujours pas trop ce que j’ai pensé de ce livre
Ma lecture a commencé de manière peu mitigée : j’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire, je n’étais pas très fan des dessins et je trouvais que ça manquait de rythme. J’ai finalement réussi à me prendre au jeu mais je ne sais toujours pas quoi penser de cette bande dessinée …

Céphéide, c’est l’histoire d’un groupe d’adolescents qui se retrouve perdu dans un monde parallèle où il n’y a rien et où ils semblent tourner en rond. On suit Cléo, une jeune adolescente qui vient de se réveiller dans ce monde, sans qu’on ne sache ce qu’il s’est passé avant. En tant que lecteur, on voit tout à travers son regard de nouvelle arrivée, on ne sait donc absolument pas ce qu’il, ni ce qu’ils font là, ni à quel endroit ils sont … on est dans le même état que le personnage principal et on n’a comme infos que ce que veut bien dire la p’tite cheftaine du groupe. Tout semble un peu étrange, il faudrait aller au bout d’un chemin, en faisant gaffe à ne pas se faire attaquer la nuit par des monstres qui enlèvent les ados. Bon …

Ca m’a fait un peu penser au Labyrinthe : avec ce groupe d’enfants isolés qui ne savent pas comment ils sont arrivés là mais doivent trouver une solution pour sortir en évitant des créatures. Mais à part ça, je ne me suis trouvé aucun point de repère dans ma lecture.

Au niveau de l’esthétique c’est là aussi assez particulier : il y a un côté un peu cartoon, un peu comics, à l’image un peu des bandes-dessinées des années 70-80 : des couleurs criardes, du rose, du jaune, qui créent un univers singulier, particulier auquel on adhère ou pas en tant que lecture. C’est vrai que j’ai eu beaucoup de mal (avec les personnages surtout, j’ai bien aimé l’esthétique des paysage, et les couleurs de nuit), je n’ai pas été particulièrement touchée par les dessins et l’histoire. J’ai fini par rentrer un peu dans l’univers mais c’est resté très flou pour moi . Et comme je le disais au début, je pense que je ne saurais même pas dire si j’ai aimé ou non, mais je suis juste restée très extérieure au récit et je pense que je n’ai pas compris les intentions de l’auteure.

Pour essayer de trouver des sens cachés, j’ai cherché ce qu’est une “céphéide”. Il s’agit donc d’une énorme étoile à l’intensité lumineuse variable. Je ne sais pas si ça aide dans un premier temps, mais c’est toujours intéressant à savoir non ? 😀 Vous pourrez le ressortir au prochain barbecue entre potes. :p

Le communiqué de presse nous dit également que cette histoire est une sorte de métaphore de l’adolescence. C’est vrai que ce monde un peu obscur où on ne sait pas ce qui va nous arriver, ni ce qu’on va devenir, où tout est un peu cruel, où se créent des amitiés voire des sentiments plus profonds, où certains ados prennent le pouvoir de manière arbitraire peut y faire penser, d’autant plus quand on en découvre plus sur les monstres au cours de l’histoire.
Ce chemin sur Céphéide serait donc une espèce de passage entre deux univers, un passage plein d’épreuves d’un monde à un autre. Mais je ne sais pas si j’aurais fait le rapprochement moi-même. Ça a été pour moi une lecture très floue, un peu inégale, et très spéciale … si vous l’avez lu, et surtout si vous l’avez aimé (ou compris :D) n’hésitez pas à le dire en commentaire, je suis vraiment curieuse d’avoir vos retours. Parce que pour l’instant pour moi, ça reste un mystère 😀 Je crois que je n’ai juste pas compris et je suis peut-être tout simplement pas le public cible.

Je cherche, comme je l’ai fait avec Paris 2119 ou Presque maintenant lire un peu plus de BD de science-fiction. Ceci dit, là je saurai même pas comment la définir, je ne sais même pas si c’est de la science-fiction, ça sort des genres classiques autant sur le point de vue esthétique que de la façon dont la narration. Mais en tout cas, moi qui voulais sortir un peu de ma zone de confort, c’est réussi 😀

One Comment on “Céphéide – Clotilde Bruneau & Mélissa Morin

  1. Je ne connaissais point du tout, et c’est vrai qu’à première vue les dessins sont particuliers… Je ne sais pas trop si je me laisserai tenter, à voir si je le croise en médiathèque, juste pour me dire qu’il faut que je tente de comprendre le truc ^^
    Et au passage merci pour la définition de céphéide, je me coucherai moins bête ! =)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.