Aimez-vous Brahms… – Françoise Sagan

Il y a quelques temps, j’ai fait la connaissance de la plume de Françoise Sagan. C’était en été, le défi du même nom courrait et je devais lire un roman se déroulant durant cette saison. C’est comme ça que j’ai découvert Bonjour Tristesse (son premier roman) dans le binôme avec la Luciole.

Fin décembre 2017, je finis une lecture sans savoir ce que je vais lire ensuite. C’est rare, mais il arrive parfois que je reste un moment plantée devant ma bibliothèque en quête de ma prochaine lecture. C’est comme ça que j’ai découvert Aimez-vous Brahms… dans ma bibliothèque, présence dont j’étais totalement ignorante (un petit souci de rangement, peut-être ? Mais nooooooon).

Aimez-vous Brahms… est un roman court. J’ai l’impression que Sagan est une auteure à roman court. En tout cas, tout ceux que j’ai vu d’elle l’étaient.
Aimez-vous Brahms… est un roman court, mais ça ne l’a pas empêché de me donner une petite claque.

Paule se mira dans son miroir et y vit ” une autre Paule passionnément préoccupée de sa beauté et passant difficilement du rang de jeune femme au rang de femme jeune “. Cette phrase d’une mélancolie soutenue, si pleine de la ” petite musique ” chère aux admirateurs de Françoise Sagan, donne la note de ce si célèbre roman, porté à l’écran par Anatole Litvak. Paule… décoratrice de mode délaissée par son amant, adorée par un jeune homme de quinze ans son cadet, inquiète, hésitante au seuil d’une nouvelle liaison – amour, passion, toquade ? -, tourmentée par un désir désespéré de bonheur, de jeunesse… Une femme de (presque) quarante ans dont Sagan nous livre ici le portrait tendre, ironique, lucide.

_____

Je m’apprêtais à écrire cet article lorsque je suis tombée sur cette vidéo où Françoise Sagan parle de son roman. Je suis restée saisie par le personnage de Sagan : dans mon article sur Bonjour Tristesse, je vous parlais déjà du fait que j’aimais beaucoup ce qu’elle dégageait en photo, alors en vidéo… je suis tout simplement restée hypnotisée pendant 8 minutes, à l’écouter parler de ses personnages tout en soufflant sa fumée au nez du présentateur 😀

(! Je vais plus ou moins spoiler l’intrigue du livre. En tout cas, vous aurez une idée du type de fin qu’il connaît 😉 !)

Si je vous parle de cette vidéo, ce n’est pas seulement pour m’extasier sur le charisme de Sagan (qui doit facilement paraître insupportable à certains… ça doit être un peu à pile ou face, avec ce genre de personne je pense :D). Je l’évoque car ce qu’elle dit de son roman offre une vision plutôt différente de celle avec laquelle je suis ressortie de ma lecture.
Je comptais commencer en vous disant que ce roman racontait pour moi une sorte d’échec, quelque chose de manqué. Aimez-vous Brahms…, c’était pour moi comme la mort de Paule, la manière dont elle va s’enterrer dans cette vie de femme mûre qu’elle accepte difficilement de devenir. Elle court durant tout le livre après sa jeunesse qu’elle sent lui échapper, elle a l’occasion de construire quelque chose lorsqu’elle rencontre Simon, qui lui offre la possibilité de changer de vie et de la perception qu’elle a d’elle-même et de ce qu’elle peut encore faire de sa vie, comme un renouvellement… et puis non. Elle choisit Roger. Car Roger est fort et qu’elle l’aime. Et c’est justement cela que pointe Sagan dans son interview : l’amour, l’amour qui est réciproque et qui gagne à la fin.

Elle évoque aussi le type de relation qu’ils ont, ce côté “mâle” qu’a Roger, que Paule ne retrouve pas chez Simon. Simon est trop faible. Alors même si Roger la condamne à la solitude, même s’il lui ment, même s’il est infidèle… c’est de Roger dont elle a besoin. Et c’est justement cela qui m’avait frappée : Paule a besoin de Roger, elle n’a pas la force de vivre sans lui. Je ne voyais pas forcément cet amour vrai et réciproque dont semble parler Sagan et le journaliste dans la vidéo.
Simon, je l’ai trouvé si facile à aimer, comme dit Sagan “Je l’aime beaucoup Simon. Je le trouve gentil, tendre, charmant”. Moi aussi, j’ai beaucoup aimé Simon, il m’a peinée, avec son combat perdu d’avance mais qu’il mène d’une si jolie façon.

Alors d’accord, admettons : Paule aime Roger, et Roger aime Paule, mais d’un amour où chacun est seul et où l’équilibre qu’ils s’apportent ne va pas jusqu’au bonheur, du moins pour Paule. Je n’ai pas plaint l’héroïne, je lui en ai même un peu voulu. Pas du fait qu’elle rejette Simon. Elle le rejette depuis le début, et ce n’est que parce qu’il la fait se sentir jeune qu’elle finit par lui céder, mais on sent bien qu’elle ne l’aime pas et je trouve difficile d’en vouloir à un personnage car il n’en aime pas un autre.
Par contre, cette espèce de résignation, de retour à la case départ – cette fois-ci en sachant que c’est pour de bon, qu’il ne sert vraiment à rien de changer la situation et qu’on essaiera plus… ça, c’était difficile à lire. C’est très personnel, comme avis, je n’ai absolument pas la prétention d’être objective sur ce coup-là. ^^ J’ai réagi de manière beaucoup plus émotionnelle qu’intellectuelle en lisant Aimez-vous Brahms…

Cela ne m’a pas gâchée la lecture, cela m’a plutôt touchée, car ça sonnait vrai et qu’on renonce probablement tous à des choses comme Paule le fait. Une fois de plus, Sagan touche juste. En racontant une tranche de vie, comme un détour dans l’existence de ses personnages, elle dépeint une nouvelle fois quelque chose qui pourrait être anodin mais est étonnamment puissant au final.

Avant-hier, j’ai une nouvelle fois fini une lecture sans savoir ce que j’allais lire après. Je me suis posée devant ma bibliothèque, et savez-vous ce que j’y ai trouvé ? Château en Suède, de Sagan. Je ne l’ai pas encore lu, mais ça ne saurait tarder. 😉

En attendant, je rêve de voir le film adapté d’Aimez-vous Brahms… Pas de secret, je vous avoue tout : c’est surtout Anthony Perkins interprétant Simon qui me motive au-delà de tout ce que vous pouvez imaginer 😀 (Et la Luciole se sent toute émoustillée à cette idée. :p )

2 Comments on “Aimez-vous Brahms… – Françoise Sagan

  1. J’ai survolé cette chronique car j’ai ce livre dans ma bibliothèque, mais ce que j’ai aperçu de ton article me donne envie de le sortir de ma PAL. Mais j’ai un peu le même avis que Plouf car j’ai lu Bonjour tristesse, il y a très très longtemps, je devais avoir 12-13 ans max et je n’en ai aucun souvenir. Je me dis que j’ai dû totalement passer à côté de ma lecture et j’ai un peu peur que ça se reproduise. Une petite crainte un peu bête à dépasser !

  2. Sagan est une autrice qui m’intrigue et qui me fait peur en même temps, j’ai peur de ne pas être à la hauteur de ses mots, de passer à côté T_T
    Mais je m’y mettrais un jour hé !
    Merci pour ton avis, ça me confirme bien que Mme Sagan est une personne bien touchante !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.