Anton Tchekhov 1890 – René Féret


De vous à moi, je ne connaissais rien à la vie de Tchekhov. Quoique, je savais qu’il était russe, eh ! C’est un bon début, il faut bien commencer par le commencement ! 😀
Je ne pourrai pas dire du coup si ce biopic est complet et crédible, mais j’ai apprécié le regarder.

J’aimerai commencer par parler du titre : Anton Tchekhov 1890, parce qu’à la base je n’avais pas capté qu’il y avait ce « 1890 ». On dirait un titre de film de science-fiction, genre : 2001 l’Odyssée de L’Espace, Blade Runner 2049, Anton Tchékhov 1890, TAMTAMTAM TA TAM TA TAMTAM ! (Dark Vador Style).
En plus, ce n’est ni sa date de naissance, ni de mort, ni sa première publication … non, ça correspond au moment où il se rend sur l’île de Sakhaline, je vais y revenir. Et, pourquoi pas .. mais le film ne parle pas que de ça.

Le biopic commence donc au moment où Anton (Antocha de son ptit nom) Tchekhov se fait aborder par des éditeurs. Tchekhov est alors médecin, mais pour se faire trois ronds et nourrir sa famille il écrit des nouvelles dans des journaux. Oui, c’est une autre époque – celle où écrire payait mieux qu’être médecin visiblement ! :'( (j’en vois beaucoup d’entre vous qui voudraient aller vivre en 1890).

Non content d’être payé pour écrire, un éditeur trouve ses écrits absolument faaaaabuleux et vient donc le voir pour lui proposer de l’éditer. Tout ce qu’il voudra bien écrire il l’éditera. Le mec a un peu le cul bordé de nouilles – je ne sais pas si ça s’est passé comme ça en vrai, mais dans le film c’était limite trop simple ! J’vous jure, j’en suis même venue à espérer qu’il lui arrive une crasse : tous ses amis qui lui tourneraient le dos, sa famille qui essayerait de l’assassiner par jalousie, sa maîtresse qui le trahirait … Je sais pas moi, n’importe quoi qui aurait montré que lui et nous étions égaux sur l’échelle de la chance.

En vrai, il lui en arrive des crasses, mais on dirait que tout glisse sur lui … Encore une fois, n’étant pas au fait de la biographie de Tchekhov, je ne sais pas si c’est historique ou si c’est l’acteur qui l’a interprété comme ça, mais quoi qu’il se passe, Tchekhov a l’air de s’en battre un peu. Sa famille semble compter pour lui, il se sent responsable financièrement, mais sinon, il a l’air incapable de se lier de vraie amitié ou de tomber amoureux.

Tchekhov et sa soeur

Ça crée dans le film quelque chose d’assez étrange. Je me rends compte que je n’ai pas vraiment réussi à m’attacher aux personnages, et que je l’ai regardé plus comme un documentaire que comme une fiction (ce qui peut être assez ambigu si certains éléments de la vie de Tchekhov ont été fictionalisés …). Du fait de ce côté presque documentaire, j’ai beaucoup aimé toute la partie sur Sakhaline (la revoici!) J’ai eu l’impression qu’on sortait un peu de la structure d’un biopic classique qui est un peu toujours la même, pour nous intéresser à quelque chose en plus.

En 1890 (d’où la date !) Tchekhov s’est rendu à Sakhaline, une île-prison, pour dresser un témoignage des conditions carcérales particulièrement difficiles. Le film met en scène cette population, la tristesse et les atrocité de leur vie … J’ai trouvé tout ce message extrêmement intéressant, il m’a vraiment donné envie de me pencher sur le livre que Tchekhov a écrit suite à son séjour, mais j’imagine qu’il doit être assez dur moralement à lire !

Au pire, je me contenterai de lire La Mouette ! :p Le film en parle d’ailleurs, de La Mouette, c’est une des rares oeuvres de Tchekhov qui est évoquée dans le film hormis celui sur l’île de Sakhaline.

Sans transition, parce que j’avais la flemme d’en chercher une, je voulais aussi noter quelque chose qui m’a amusée : le choix de certains acteurs. Globalement, dans un biopic, on s’attend à avoir des personnages qui ressemblent aux personnes réelles pour se faire la meilleure idée qui soit de leur vie. Mais, parfois, recréer le contexte est plus intéressant. Par exemple, le biopic présente Lika Misinova, la maîtresse de Tchekhov. Sur Wikipedia, on peut lire qu’elle était considérée comme très belle par ses contemporains. Aujourd’hui, sans dire qu’elle ne l’est pas, on ne peut pas vraiment considérer qu’elle corresponde aux canons de beauté actuels.

Lika Misinova

Et pourtant, dans le film, l’actrice choisie est vraiment jolie ! Et pour le coup correspond aux canons actuels, mais ne ressemble pas vraiment au personnage qu’elle incarne héhé.

Lika Misinova dans le film

Je trouve que c’est bien joué de la part du film (à moins que ce soit juste l’atout sexyness du casting…), il me semble qu’on se rend mieux compte de ce qu’était la réalité en recréant un contexte correspondant à notre propre époque, et plus efficace que d’essayer de se figurer quels étaient les goûts de l’époque. Enfin, les deux sont intéressants, mais dans le cadre d’un film d’1h30, ça me semble pas mal de faire comme ça.

Bref, pour quelqu’un comme moi qui ne connaît vraiment pas Tchekhov, le film n’était pas trop mal (et même si il est tourné en Languedoc Roussillon et en Norvège, j’ai envie d’aller voir les paysages Russes :D)

Nasdrovia !

3 Comments on “Anton Tchekhov 1890 – René Féret

  1. Je connais pas tellement Tchekov non plus mais ce film a l’air intriguant ! Je connaissais pas et ça donne envie de se renseigner sur le p’tit père qui doit être cocu avec la chance qu’il a x)

    • Je ne connais pas vraiment non plus, je n’ai rien lu de lui (oups :p). Je ne sais pas à quel point le film enjolive les choses mais c’est vrai que ça faisait un peu beaucoup de chance au début ^^ Mais après ça doit vraiment être le traitement du film, parce que si on reprend les événements de sa vie objectivement c’est pas tout rose :p
      En tout cas pour un biopic j’ai bien aimé !

  2. 1) Je me souviens de l’actrice qui joue la maîtresse, parce que je venais de la découvrir dans la série Les Revenants (qui avait pas mal fait parler d’elle à l’époque de sa sortie).
    2) J’ai appris récemment que La Mouette était librement inspirée d’Hamlet ? Ou c’est juste un délire de Vitez ? Bref, j’avais jamais vu ça comme ça, ça m’a choquée :p
    3) Outre La Mouette, je te conseille vraiment Les trois sœurs. (Bon, et puis La Cerisaie et Oncle Vania aussi, tant qu’à faire). Évidemment, joué, c’est encore mieux, mais ça tombe bien, ça l’est souvent. :p
    4) J’ai loupé au théâtre une pièce qui s’appelait “Tchekhov et Tourgueniev, une rencontre dans l’au-delà”, et ça m’intriguait vraiment. Je suis triste, du coup. :'(
    5) Moi aussi j’ai eu envie de lire ses carnets, après avoir eu le film. Toujours pas fait, dans la pratique, mais ne désespérons pas ! :p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.