Beethoven et la fille aux cheveux bleus – Matthieu Mantanus

Beethoven et la fille aux cheveux part d’une idée assez originale : un groupe de rock en vogue doit remplacer sa bassiste, et c’est Anna, une jeune femme au look plutôt punk qui est choisie. Quelle n’est pas la surprise du leader du groupe lorsqu’il découvre qu’Anna est également contrebassiste et qu’elle mène en parallèle une carrière beaucoup plus… “classique”. C’est alors le début d’une série de conversations où Anna va lui faire découvrir l’univers de la musique classique.

Quand j’étais enfant, ma famille m’a beaucoup fait écouter de classique (l’un de mes gros tubes était La danse des sabres de Khatchatourian… C’était le gros délire chez moi quand on le passait. La boite de nuit un peu conceptuelle quoi :D).

Je dois avouer par contre avoir une culture assez limitée en la matière. “Beethoven ? Il était sourd, non ? Trop fou qu’il ait réussi à continuer la musique comme ça !” Merci pour ta participation Morgana… Bref, on ne m’engagerait même pas pour un mini-cours d’initiation à l’histoire de la musique. (par contre je peux faire une chorégraphie de haut niveau sur La danse des sabres si vous voulez :D)
Du coup, un roman qui se proposait de m’informer un peu plus sur ça au travers d’un ouvrage de fiction ? Voilà qui m’intriguait !

J’ai très vite été surprise par le côté très, très ouvertement didactique du livre. Je l’avoue, je m’attendais à ce que les relations entre les personnages soient plus développées. Tout dans l’intrigue est prétexte à une nouvelle leçon donnée à Mark. Le décor, une réflexion d’un personnage… et hop ! Anna le dictionnaire de l’histoire de la musique est lancé ! On est typiquement sur un ouvrage du type Le monde de Sophie (oui, je sais, j’en parle tout le temps de ce bouquin :D) : au lieu d’une introduction à la philosophie, on a ici une véritable introduction à la musique classique, mais le schéma est le même.

Si ce qui vous intéresse est plutôt au niveau de la relation Mark/Anna, j’ai trouvée celle-ci très légèrement développée, voire développée d’une manière un peu artificielle. J’ai très peu senti la “connexion indéniable” que Mark dit sentir avec la jeune femme. Cette dernière peut même avoir un côté assez agaçant avec son côté maîtresse d’école qui réprimande son élève dès qu’elle a l’impression qu’il ne l’écoute plus. Quant à Mark qui est systématiquement impressionné par tous les morceaux qu’elle lui fait écouter, cela peut aussi appuyer ce côté “peu naturel” : il vit une révélation un peu absolue, ce qui m’a paru parfois un peu trop excessif. De manière plus générale, j’ai été très peu sensible au style de l’auteur, qui pouvait assez facilement tomber dans des formulations un peu clichées.

Pourtant (attention, surprise)… j’ai beaucoup apprécié ma lecture. Même que si le sujet vous intéresse, je vous recommande grandement le livre, à vous et/ou à vos jeunes ados.

Parce que même si les aspects évoqués plus haut m’ont franchement déplus, je n’étais pas vraiment là pour ça. Je voulais en apprendre plus sur la musique classique ? J’en ai appris, beaucoup, et bien. Attention, à un niveau très amateur, on reste sur de la vulgarisation, mais le livre a su me donner une idée du monde de la musique classique, de l’évolution de son fonctionnement et me faire réfléchir à son rapport aux autres styles de musique. Car tout l’intérêt de prendre des héros qui évoluent dans un autre style que le classique, c’est également de pouvoir parler de la musique dans son ensemble. Quel rapport entre le classique et le rock, la pop, les musiques traditionnelles ? Qu’est-ce qui fait qu’on considère un style plus noble qu’un autre ? Y en a -t-il certains qui le sont vraiment ? Autant de questions assez basiques finalement, mais sur lesquelles le livre apporte des éclairages que j’ai trouvés intéressants. Le livre informe mais sait aussi faire réfléchir, pour un résultat réussi selon moi. Il m’a poussée à aller écouter des morceaux que je ne connaissais pas (et qui ne m’ont pas toujours autant impressionnée que les héros) et à m’informer sur des personnes dont je n’avais pour certaines que vaguement entendu le nom.

Beethoven et la fille aux cheveux bleus est roman que j’ai très peu apprécié pour son côté fiction et sa “mise en scène”, mais énormément aimé pour son aspect introduction à la musique classique. J’ai trouvé nombre de passages assez passionnants et je pense qu’il est susceptible d’intéresser tout autant beaucoup de personnes peu connaisseuses du sujet mais curieuses d’en savoir plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.