Calpurnia – Jacqueline Kelly

Envie de rencontrer la jeune fille la plus curieuse du Texas ? (Oui, à un moment, dans ma tête, je me suis dit que ça ferait une excellente phrase d’accroche). On est en 1899, Calpurnia a “presque douze ans” et elle n’a décidément aucune envie de devenir la parfaite petite ménagère qu’on voudrait qu’elle soit. Non, Calpurnia préfère se poser des dizaines de questions savantes telles que : Pourquoi les chenilles n’ont-elles pas de paupières ?

(Décidément, c’est l’intro la plus vendeuse que j’ai jamais écrite. Mais restez, s’il vous plaît, le livre est top :D)

Calpurnia est la seule fille d’une fratrie de huit. Et si vous êtes aussi doués que moi en calcul mental (blague), vous aurez compris qu’elle doit vivre au quotidien avec 7 frères… et le poids d’être la seule à pouvoir satisfaire les attentes de sa mère concernant ce qu’une jeune fille de la fin du XIXème siècle se doit d’être.
Sauf que Calpurnia va découvrir ce que trafique son grand-père dans son mystérieux laboratoire… Ce vieux monsieur qui lui faisait si peur auparavant va alors devenir le meilleur des professeurs qu’elle aurait pu avoir.

Animaux, plantes, nouvelles technologies, milliers de nouvelles questions auxquelles chercher réponse, c’est tout un monde qui s’ouvre à elle grâce à son grand-père chercheur dans l’âme !

Voilà qui la change bien des cours de broderie ou de cuisine, où elle est si mauvaise (en plus de faire preuve d’une très mauvaise volonté dans l’apprentissage de ces disciplines). 😀

Calpurnia m’a énormément fait penser à Sophie, du très chouette Monde de Sophie. Si ce dernier se donne une mission encore plus pédagogique que Calpurnia (l’histoire de Sophie est une très bonne intro à la philo 😉 ), les deux petites héroïnes ont beaucoup en commun. Toutes deux font une rencontre qui va les amener à se poser plein de questions qu’elles n’auraient jamais pensé se poser auparavant (et nous aussi, d’ailleurs : je ne me questionne pas particulièrement sur les paupières des chenilles ou les sourcils des chiens au quotidien, personnellement… :D). Bref, on est sur deux initiations au questionnement et raisonnement scientifique. Mais là où Sophie est entraîné dans un véritable cours d’histoire de la philo, Calpurnia va se tourner spécifiquement vers la philo des sciences, à une époque où celle-ci a été révolutionnée par Darwin.

Au risque de vous surprendre (:D), on n’a donc pas affaire à un livre qui fait preuve d’une action palpitante. On suit Calpurnia dans ses questionnements, ses découvertes et apprentissages, mais aussi dans son quotidien. J’ai adoré entrer dans le quotidien de sa famille, avec cette fratrie gigantesque, où l’on commence inévitablement par se mélanger dans les prénoms des frères turbulents de la jeune fille. Sans oublier Viola, la cuisinière qui fait office d’une touchante seconde figure maternelle, ou la mère de Calpurnia et son “tonique pour dame” qui l’aide à tenir quand ses 8 enfants lui ont fait passer une rude journée 😀

Pour autant, si on rentre dans l’ambiance ultra chaleureuse et réconfortante, le livre se dévore. Il n’a pas dû durer plus de 2-3 jours chez moi, alors qu’il n’avait a priori rien d’un page-turner (et qu’il fait 500 pages). Pourtant, dès que j’avais une minute, j’allais voir quelle nouvelle aventure attendait Calpurnia.

Calpurnia, c’est frais, c’est drôle, c’est terriblement bien écrit et documenté ! Et en plus de ça, ça a quelque chose de très touchant, ce portrait d’une jeune fille aux aspirations si différentes de celles qu’on attend d’elle.

Et pour finir en musique : les ragtime de Scott Joplin font partie de ce que Calpurnia préfère jouer au piano (même si c'est
considéré comme une musique "pas comme il faut" à l'époque :D

D’ailleurs, ce livre, c’est ma petite Luciole qui me l’avait offert lorsque nous étions allées faire un tour à la librairie-tartinerie de Sarrant 🙂

2 Comments on “Calpurnia – Jacqueline Kelly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.