Dans la forêt de Hokkaido – Eric Pessan

Promenons-nous dans les bois, tant que le loup n’y est pas…
Ici, pas de loup, mais la promenade dans les bois est bien de mise : ton poétique et pourtant très ancré dans le réel, Dans la forêt de Hokkaido s’est révélé plein de surprises !

Comment vous parler de l’histoire sans en dire trop ? Ce livre si court, j’aurais presque tendance à vous conseiller de l’ouvrir sans rien savoir sur son histoire. Pour ma part, c’est ce que j’ai fait – et je me demande d’ailleurs comment j’ai fait (le talent), étant donné toutes les chroniques que j’ai vu fleurir à son sujet sur la blogosphère.

Disons seulement que l’on va faire la connaissance de Julie, 15 ans, qui se met à faire de drôles de rêves au sujet d’un petit garçon japonais abandonné dans la forêt de Hokkaido… Ou s’arrête le rêve ? Ou commence la réalité ?

L’écriture d’Eric Pessan, que je découvrais avec ce livre, m’a très vite charmée : elle réussit à bien refléter le livre, qui navigue entre quelque chose de très onirique (sans blague ?), avec des ambiances très bien rendues (cette forêt de Hokkaido !)… tout en traitant de thèmes plus durs et qui peuvent questionner des sujets d’actualités. Ces derniers m’ont d’ailleurs surprise sur le coup, tant je ne m’y attendais pas. J’ai parfois eu du mal à relier un petit peu certains aspects de l’histoire, leur trouvant quelque chose d’assez “plaqué” sur le coup.

A posteriori, je trouve finalement que tout s’intègre bien au thème central : on parle bien se mettre à la place d’autrui, dans sa peau – au propre comme au figuré. Comprendre, se laisser toucher par ce qui ne nous appartient pas a priori et qui pourtant peut nous émouvoir ou nous donner envie d’agir pour l’autre, sans rien avoir à y gagner. Eric Pessan a su traiter ce sujet d’une manière sensible, qui nous permet de nous laisser porter par la fiction, profiter de ces “voyages” un peu inquiétants dans la forêt, tout en faisant passer son message.

Malgré la brièveté du livre, j’ai trouvé qu’il souffrait d’une petite baisse de régime au milieu. L’intrigue piétine un poil, malgré l’ambiance qui reste toujours aussi réussie. Mais la fin a su se rattraper, en particulier avec une scène qui m’a émue avec une soudaineté que je ne m’explique toujours pas, tant je me suis soudain retrouvée avec les larmes en yeux, à me demander pourquoi j’avais été touchée d’un seul coup ainsi. 😀

Je rejoins donc l’avis général, plutôt très enthousiaste à l’égard de ce livre ! J’aurais même bien envie de retrouver Julie dans de prochaines aventures – j’ai d’ailleurs vu que ce n’était pas le premier livre de l’auteur dont elle était l’héroïne.
Alors… envie d’aller faire un petit tour dans les bois ? 😉

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.