Défi “Créatures marines” : Le Pacte de la mer – Satoshi Kon

Souvent, lorsqu’on lance un thème de défi, on ne sait pas du tout à quoi attendre de nos lectures. A quoi ressemble la littérature croate ? Quels auteurs ont les mêmes initiales que moi ? Est-ce que je vais aimer la littérature du XIIème siècle ? Et souvent, on a des surprises ! Mais on ne s’attendait pas à être si surprises par ce thème-ci : « Sous la mer » : créatures marines et/ou cités sous-marines. J’espérais secrètement une belle BD sur le mythe de l’Atlantide, poétique et aux images magnifiques. Mais on a dû se rendre à l’évidence : la plupart des livres pour adultes se déroulant sous la mer sont juste creepy, angoissants, beaucoup de thrillers, de récits fantastiques un tantinet flippant … je ne suis pas angoissée par les fonds marins comme l’est Morgana mais je ne voulais pas démordre de mon Atlantide poupinou, et pas étonnant que la plupart des participants au défi aient choisi des albums jeunesse :p Bon, on aura au moins appris une chose, le monde sous-marin continue de faire flipper pas mal de monde et on est bien déçus qu’il n’y ai pas plus d’œuvres qui le montre sous un jour plus poétique ^^

Mais là est tout le but du défi : au moins je suis sûre de sortir de ma zone de confort, et c’est ce que j’ai fait en lisant un manga, et dans le sens de lecture japonais attention ! Ca paraît peut-être anodin mais je n’ai dû lire que deux mangas dans ma vie, je ne suis pas forcément attirée par le style de dessin du manga classique, mais je dois admettre que dans celui-ci le dessin était bien riche, détaillé, les plans bien construits …. Et l’auteur étant Satoshi Kon dont j’aime énormément les films, j’étais obligée de me lancer :p

Le Pacte de la Mer est l’histoire de prêtres, dans un village du Japon, qui ont pour mission de père en fils et depuis des générations de veiller sur un œuf de sirènes. En échange, les sirènes leur assurent une mer clémente et une pêche abondante. Bon, tout va bien dans le meilleur des mondes, jusqu’au jour où l’homme actuellement responsable de l’œuf, ne croyant pas du tout à ces vieilles histoires, décide de profiter de son potentiel touristique : lever le secret autour de l’œuf, d’organiser des visites publiques pour le voir et d’organiser grâce à lui la modernisation de sa ville, la création de gros complexes hôteliers touristiques etc … Avec évidemment tout ce que ça implique de destruction de la nature et de désastre écologique … ! Heureusement que le fils de cet affreux gugus se sent un peu plus concerné et qu’il est bien épaulé par deux de ses amis et son grand-père.

C’est un peu ce côté désastre écologique qui m’a fait peur au début de ma lecture. Je me sens très concernée par l’écologie, pourtant je ne suis pas fan des récits moralisateurs et dans lesquels le sujet est abordé très frontalement. Je n’aime pas trop Pompoko par exemple, et c’est aussi ce que j’essayais d’exprimer sur un autre sujet dans DesSeins. Malgré mes petites réticences du début donc, je me suis accrochée à ma lecture, et j’ai finalement bien aimé.

Je ne dirai pas qu’elle va me marquer durablement, mais j’ai trouvé le sujet vraiment bien traité.

Je m’attendais à un côté fantastique peut-être plus appuyé, au final, peu de scènes sont en lien direct avec les sirènes, j’espère que vous ne me jugerez pas hors-sujet par rapport au défi :p (sinon je lirai Moby Dick pour me faire pardonner:p). Et d’ailleurs, j’ai attendu avec tellement d’impatience de voir enfin ces sirènes que lorsqu’elles apparaissent j’étais trop contente et même un peu bouleversée ! Vous moquez pas, je n’avais jamais vu un œuf de sirène éclore :’)

Je ne m’attendais pas à un tel sujet si directement engagé chez Satoshi Kon, d’où ma surprise d’avoir à faire à un livre avec un message écologique si présent et un côté fantastique si peu appuyé. C’est une chose à laquelle je me serai plus attendue dans une oeuvre de Miyazaki par exemple, mais c’est vrai que ce n’est pas un sujet qui m’avait frappé chez Satoshi Kon dans les trois films que j’ai vus (Tokyo Godfather, Millenium Actress et Paprika).

Je finirai un touchant un petit mot sur l’entretien avec Satoshi Kon au début du livre, on sent en le lisant que c’était une personne qui aimait raconter des histoires et qu’il s’investissait à fond dans chacune d’elles. J’ai été aussi frappée de son humilité. C’est sans doute la culture niponne qui veut ça, mais il passe tout le dossier qui lui est consacré à répéter qu’il dessine vraiment mal et qu’il a honte de publier ce livre, ça en devient presque pénible ^^

En tout cas, ce n’est pas un coup de cœur, mais un livre que je suis très très contente d’avoir découvert et qui m’a fait un peu sortir de ce que j’ai l’habitude de lire !

Le reste du Défi “Sous la mer”

Pour le Défi, j’ai lu en bonus : Au-delà des mers, d’Alain Kokor, dont je ne parlerai pas sur le blog, mais qui est particulièrement étrange ! :p

Tous les détails et les lectures des autres participants sur la page du Défi.

2 Comments on “Défi “Créatures marines” : Le Pacte de la mer – Satoshi Kon

  1. Je serai curieuse de le découvrir un jour. J’ai adoré Paprika et j’ai beaucoup aimé Tokyo Godfathers, je ne savais pas qu’il avait aussi publié un manga. Et du coup, c’est un one-shot ? (Un argument de plus pour le découvrir !)

  2. Olalala je suis absolument amoureuse de la dernière image que tu as inclue ♥.♥
    Et ce manga a l’air très beau tout court aussi, quelle idée de dire qu’il dessine mal ce monsieur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.