Dividing Eden, T1 – Joelle Charbonneau

Le titre accrocheur, la couverture on ne peut plus sublime (en toute objectivité bien sûr), un univers fantasy dans lequel je me voyais volontiers plonger, une intrigue basée sur les liens fraternels… Il ne m’en fallait pas plus pour avoir envie de découvrir cette duologie !

Malheureusement, j’ai vite déchanté. En premier lieu, je que crois la faute en revient au résumé et à la phrase d’accroche sur la couverture, qui spoilent tout simplement une grosse partie du livre et ont mal placé mes attentes concernant Dividing Eden. Les événements annoncés n’arrivent que passé les 100 premières pages. Sur un livre qui en contient 300, ça transforme le premier tiers en une grosse introduction, que j’ai passée à attendre ce qui était annoncé sur la quatrième de couverture. Ce que je regrette…

Je critique, je critique… mais comment vous parler du livre sans trop spoiler à mon tour ? (La critique est aisée l’art est difficile, tout ça, tout ça… :D)

Carys et Andreus sont jumeaux. Ils sont les plus jeunes enfants du roi d’Eden, et ont toujours été proches, mais des événements inattendus vont mettre à l’épreuve le lien qui les a toujours unis. Bien qu’écrit à la troisième personne, un chapitre sur deux adopte le point de vue de la soeur ou du frère. Très vite, j’ai trouvé que l’amour inconditionnel annoncé n’était en réalité qu’à sens unique. Que Carys soit prête à tout pour protéger son frère, c’est certain. L’inverse, par contre… Andreus aime Carys, mais j’aurais bien envie de dire qu’il s’aime encore plus lui-même. 😀
Autant j’ai trouvé la construction de Carys habile (on a affaire à un personnage courageux, mais dont les faiblesses sont bien exploitées), autant celle d’Andreus m’a déçue, car il m’a été impossible de m’attacher à lui. Le seul argument que j’avais en sa faveur au début du livre (sa capacité à s’intéresser au bien-être du peuple de manière désintéressée) se voit réduit à néant avant même la fin de ce tome 1. Carys a beau m’avoir semblée un peu clichée dans son rôle de “jeune femme forte qui souffre en silence et ne veut s’attacher à personne #tragédiegrecque”, j’ai malgré tout pris beaucoup de plaisir à la suivre.

Toutefois, Dividing Eden se lit très vite, malgré tous les reproches que j’ai à lui faire, il m’a fait l’effet d’un véritable page-turner. Ce qui est d’autant plus fort que je n’ai pour ainsi dire jamais été surprise par l’intrigue. Avant même la moitié, j’avais déjà deviné l’exacte situation finale. Mais cette grande prévisibilité ne m’a pas empêchée de dévorer les 300 pages. En ronchonnant beaucoup, en hallucinant devant le personnage d’Andreus (qui gagne sa place dans le panthéon des personnages que j’ai le plus méprisés au cours de ma vie de lectrice), en ayant envie de prendre Carys par les épaules pour essayer de la convaincre qu’il est vraiment temps qu’elle pense à elle, en regrettant que Larkin (#meilleurpersonnage) ne soit pas plus présente… et oui, rien de tout ça ne m’a empêchée de dévorer le bouquin et d’avoir envie de connaître le fin mot de l’histoire. Ça aurait été une série plus longue, j’aurais probablement laissé tomber, mais la fin de ce premier tome suggère que la team Carys pourrait réserver de jolies surprises dans le tome 2.

Vous aussi, vous ne savez plus si cette chronique est positive ou négative au finale ? Eh bien je suis désolée, mais je ne saurais pas vous éclairer plus que ça. Voyez les points que je souligne, ce qui m’a dérangée, laissez vous tenter ou non par la couverture en vous disant “on verra bien, de toute façon, Morgana c’est juste une grosse relou qui aime râler pour rien“, bref, suivez votre instinct de lecteur. Moi, ce livre a trop mis sens dessus-dessous ma capacité à vous conseiller ou non un livre. 😀

4 Comments on “Dividing Eden, T1 – Joelle Charbonneau

  1. Mvoooouiii boooon… J’avoue que la couverture m’avait également vendu du rêêêve, maiis… On va dire que je vais pas mettre ce roman dans ma pile des lectures que je veux lire absolument là tout de suite, plutôt dans les romans peut être pourquoi pas un de ces quatre, si je tombe dessus à la médiathèque ou pas trop cher^^

    • La couverture vend du rêve c’est sûr… J’aurais vraiment aimé pouvoir te dire de te jeter sur le livre. ^^

  2. J’avais failli craquer et l’acheter pour les mêmes raisons que toi… Je suis bien contente d’avoir lu ton avis avant, je pense que je vais le laisser de côté du coup !

    • Pauvre livre, je le prive de certains lecteurs ! 😀 Ça me fait toujours un peu mal au coeur quand un livre qui me parlait tant n’a pas su me convaincre. ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.