Emmurées – Alex Bell

Aujourd’hui, c’est dimanche. Il fait beau, le printemps arrive… quoi de mieux qu’un petit roman horrifique des familles pour se mettre dans l’ambiance estivale ? Et si jamais vous vous dites que je n’ai rien compris au concept de la saisonnalité (vous avez raison), j’ai un argument pour vous intéresser tout de même à cet article : l’intrigue se déroule dans un vieux manoir écossais. Ouais. Qui résiste aux vieux manoirs écossais, franchement ?

Je passe mes vacances dans un lieu de rêve :
un vieux manoir écossais.
Un vieux manoir qui était auparavant une école pour filles
où ont eu lieu de tragiques “accidents”.

Mes cousins sont charmants :
Cameron est taciturne,
Piper est un peu trop parfaite,
Lilia a une étrange phobie des os, même des siens.

Et puis il y a Rebecca.
Rebecca dont la chambre est remplie de vieilles poupées.
Rebecca qui est morte.

Rebecca qui est de retour par ma faute.

Venez jouer à la poupée… au péril de votre vie.

____________

Honnêtement, cette lecture, je ne l’attendais pas. Quand j’ai vu arriver Emmurées dans ma boite-aux-lettres, j’ai vécu un moment intense de solitude où j’ai compris que j’allais VRAIMENT devoir arrêter de remplir les questionnaires de service presse sans mes lunettes. Oui, j’ai l’illusion de réussir à lire correctement sans, mais le résultat est juste qu’un “je ne veux pas Emmurées” s’est transformé en un clic sur la case “je veux Emmurées”.

Voilà, voilà… Emmurées s’est invité de manière un peu imprévue chez moi…

Et c’était cool.

Vraiment.

Une fois de plus, je l’ai lu à voix haute avec ma sœur, qui n’est pas non plus une amatrice du genre. Les premiers chapitres nous ont laissées un peu sceptiques : Emmurées s’annonçait très, très classique. Moi qui n’ai pourtant pas lu/vu beaucoup d’oeuvres horrifiques, j’avais l’impression de retrouver tous les clichés et thèmes usés jusqu’à la corde.

Puis, petit à petit, je suis entrée dans l’histoire, jusqu’à avoir du mal à lâcher Emmurées.

Il y avait les couplets d’une ballade, au début de chaque chapitre. 4 vers qui nous racontaient l’histoire tragique de “La belle Charlotte”, qui allait au bal avec son amoureux Charlie.
Il y avait ces histoires de poupées, les fameuses Frozen Charlotte ayant donné leur nom au titre original du livre.
Si vous ne savez pas ce que sont les Frozen Charlotte, une image vaut mille mot :

Coucou, nous allons dévorer ton âme

Lovely, isn’t it ? Ou plutôt, idéal pour un bon petit roman inquiétant, non ?
J’ignorais l’existence de ces minuscules poupées victoriennes et l’idée de les utiliser pour un tel roman était assez géniale.

La tension de l’intrigue est plutôt bien gérée, le crescendo a bien fonctionné sur moi puisque j’ai tout bonnement dévoré le livre. De bons rebondissements, une écriture adaptée qui crée une ambiance tendue. On est plus sur une atmosphère qui fait frissonner plutôt que réellement peur. Mais peut-être dis-je cela car j’ai toujours lu en journée et accompagnée de ma sœur 😀 J’ai plus trouvé effroyable de découvrir la vérité sur ce qui s’était passé pour Rebecca, plutôt que les scènes typiquement horrifiques, quand Sophie a l’excellente idée d’aller traîner seule en pleine nuit dans la maison… histoire d’être bien certaine qu’il va lui arriver des ennuis. 😀

D’ailleurs, en parlant d’idées stupides, certaines réactions des personnages m’ont tout de même laissée sceptique. Les excuses de Cameron pour certains de ses agissements envers le copain de Piper sont tout de même très limites. Ou encore, nous avons particulièrement aimé avec ma sœur ce moment de grâce où les personnages entrent dans un endroit, en sachant que le responsable de toutes les horreurs qu’ils ont vécu est dans le coin, et se disent “tiens, ça sent l’essence”… puis qu’ils semblent tellement surpris quelques minutes plus tard que “OMG ! On nous a piégé, on a mis le feu à la baraque dans laquelle nous nous sommes enfermés !”
Oui les enfants, en général quand ça sent l’essence quelque part, on  n’entre pas trop, on appelle plutôt les pompiers, tout ça… 😀

Pour résumer, Emmurées, c’était une lecture très addictive passé les premiers chapitres. Le livre arrive à créer une vraie atmosphère et j’ai surtout adoré les idées exploitées : comme quoi, une vieille ballade glauque + des poupées creepy, c’est un combo qui fonctionne ! 😀

5 Comments on “Emmurées – Alex Bell

  1. “quoi de mieux qu’un petit roman horrifique des familles pour se mettre dans l’ambiance estivale ? ”

    En vérité, je te le deande, ambiance estivale ou pas, quoi de mieux qu’un roman horrique ? 😀
    Je suis contente de lire cet article ! Tu m’avais déjà dit avoir lu et apprécié ce livre, mais c’était cool d’avoir des détails (et images !).

    Tu devrais remplir plus de questionnaires sans les lire^^

    • Arf. J’ai tapé vite sur un clavier qui a du mal avec les touches des fois, j’aurais dû me relire ou appuyer plus fort ><

  2. Tu attises ma curiosité là… le vieux manoir écossais, les poupées… Malgré les quelques défauts soulevés, je ne dis pas non à l’occasion.

    • Ahh ! Quelqu’un que les arguments vieux manoir écossais + poupées ont convaincu ! 😀 Si tu as l’occasion, je t’encourage à y jeter un oeil 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.