En émois – Anne Cortey

Ma dernière chronique commence un peu à remonter maintenant, mais promis, je vais tâcher de me rattraper. Et si on s’y mettait aussitôt, en parlant d’un petit livre que j’ai adoré ? En émois a été l’une de mes meilleures lectures de l’été, alors je suis très contente de lui consacrer mon article de rentrée !

Je vous avoue que mon intérêt premier pour En émois se place dans un registre (super) superficiel : j’ai vu la couverture, la promesse d’illustrations à l’intérieur, le tout fait par Cyril Pedrosa… mon cerveau a cessé toute tentative d’argumentation et je suis passée en mode “NEED IT”. Bon, j’ai tout de même survolé la quatrième de couverture, et il s’est avéré que celle-ci annonçait quelque chose de très cohérent par rapport aux illustrations… alors qu’attendais-je pour me lancer dans cette lecture ? Rien ? Exact, rien, alors je l’ai attendu dans ma boite-aux-lettres, et puis je l’ai dévoré en quelques (toutes petites) heures.

En émois se déroule en Provence, durant la période estivale (évidemment). Il y a Jeanne, adolescente aux vacances rythmées par les sorties au lac et les coups de main donnés à ses parents pour faire tourner leur commerce. Et il y a le garçon. Comme dans presque toutes les histoires, me direz-vous, surtout si l’histoire en question s’appelle En émois. Le garçon, lui, a une vie compliquée, faites de ces drames dont personne ne devine rien ou préfère détourner les yeux : une famille qui le délaisse, voire l’empêche de vivre ses rêves, comme cette carrière sportive qui pourrait le sortir du collège et de ses harceleurs… bref, le garçon est encore très jeune, mais il n’en peut déjà plus et il est sur le point de craquer. Evidemment, Jeanne va rencontrer le garçon et…

Et il faut lire le livre. Vous voyez la couverture ? Le livre est à son image. C’est à la fois doux, coloré, pas vraiment joyeux, mais pas vraiment triste non plus. J’ai beaucoup aimé la construction du livre, avec ses deux narrations, chacune faite à la mesure du personnage auquel elle correspond. L’histoire transmet parfaitement les étés dans le sud de la France, sans tomber dans le cliché selon moi. J’ai trouvé que le livre était très fort pour susciter des images, des odeurs, des sons…

Au milieu de tout ça, il y a les deux jeunes héros. Jeanne, qui râle quand elle doit se lever tôt pour aller aider ses parents, nourrir les animaux, mais qui est une adolescente que l’on sent aimée, bien entourée par sa famille et ses amis. Je me demandais où le livre voulait m’emmener avec elle. Quelle était la problématique de Jeanne, qu’est-ce qui allait se révéler chez elle au cours de ce court roman ? Pour le garçon, c’était bien plus clair dès le début. Dès que les problèmes du personnage sont aussi clairs, on peut envisager les différentes résolutions possibles.
Et ce qui est fort, c’est que le livre m’a fait un peu peur alors qu’il approchait de la fin : tout me semblait dit, révélé, je craignais que la magie du début n’opère pas à la fin, que celle-ci me déçoive et retombe un peu comme un soufflé. Je me préparais à ça : cette légère déception concernant la fin, je me disais qu’il faudrait que je reste sur cet étrange état de grâce du début. Sauf que le roman a réussi à tout retourner sur les dernières pages. J’ai été saisie par cette fin, qui a réussi à me donner un sentiment d’inattendu alors qu’elle est on ne peut plus logique, annoncée dès le titre.

Je ne pense pas qu’ajouter autre chose ajouterait au propos général : on pourrait probablement résumer l’article en un “c’est beaucoup trop joli, j’ai aimé, merci, bonne nuit (ou bonjour, mais j’ai sommeil à l’heure où j’écris :D)”. En émois m’a touchée, et donné envie de jeter un œil aux autres livres d’Anne Cortey !

4 Comments on “En émois – Anne Cortey

  1. Déjà cette couverture… Et puis ton billet ! Un titre à découvrir 🙂

    • Oui, hein, pour la couverture ? 😉
      J’espère que tu auras l’occasion de le découvrir 🙂

  2. Olalala maiiis ça a l’air troooooooooop biiiiiiiiiien ! Merci pour cette découverte, j’ai très très envie de me laisser tenter !

    • Lis-le, lis-le ! (réponse qualitative, donc :D)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.