Il était une fois la mauvaise humeur – Lemony Snicket & Matthew Forsythe

Je ne vais pas vous mentir, si je me suis intéressée à cet album, c’est en premier lieu pour Lemony Snicket !

Si vous suivez un peu le blog, vous avez peut-être vu passer les articles sur Les Orphelins Baudelaire. C’est bien simple, que ce soit les livres, le film, la série, je suis fan de l’univers ! J’ai même lu les livres qui existent en parallèle de l’univers tel que la vraie fausse autobiographie de Lemony Snicket, et j’étais amoureuse de Klaus étant petite. La vraie fan girl quoi ! Sauf que je ne sais absolument pas ce qu’a écrit l’auteur, que ce soit sous le nom de Snicket ou sous son véritable nom, Daniel Handler. Je trouve d’ailleurs étrange et un peu dommage que ce livre paraisse sous son pseudonyme que je pensais réservé à la série des Orphelins Baudelaire, mais bon, là n’est pas la question …

Quand j’ai vu que cet album Il était une fois la mauvaise humeur devait paraître, j’ai été très curieuse de découvrir donc son travail, et les illustrations de Matthew Forsythe m’attiraient beaucoup, ce qui a finit de me convaincre ;).

L’album s’ouvre sur le personnage de Zélie, une petite fille de très très mauvaise humeur car sa maman a refusé de lui offrir une glace. D’entrée de jeu, le livre m’a pris par les sentiments : je ne peux que m’attacher à une pauvre petite fille à qui on refuse une glace sans aucune bonne raison ! Moi aussi ça me mettrait de très mauvaise humeur si j’étais privée de sucreries ! Tiens d’ailleurs je vais me chercher du chocolat. ‘Bougez pas.
Cronch, cronch, cronch. Donc, che dichais
Zélie est de mauvaise humeur, mais heureusement pour elle, ça ne dure pas : la mauvaise humeur disparaît aussi vite qu’elle est apparue, mais est aussi très contagieuse … Zélie s’en débarrasse donc facilement, mais c’est sa maman qui l’attrape, avant à son tour de s’en débarrasser au détriment de quelqu’un d’autre, ainsi de suite.

J’ai bien aimé cette sorte de « ronde » d’un personnage à l’autre, avec toujours une raison amusante justifiant qu’il attrape cette mauvaise humeur représenté par un nuage multicolore qui avait immédiatement attiré mon attention avant même que je ne découvre le nom de l’auteur … !

Contrairement à ce que dit son titre, ce petit livre met vraiment de bonne humeur : couleurs vives, humour pétillant, personnages attachants même si on ne les voit que durant quelques pages (mon préféré, c’est Lou, le monsieur en slip :D).

Bon, je l’avoue, bien que j’ai adoré faire la connaissance de ce joli petit nuage (et du raton-laveur :p) le livre s’adresse évidemment à un public de tous jeunes lecteurs. J’ai trouvé qu’Il était une fois la mauvaise humeur réussissait bien à parler des émotions avec des mots et des images simples et accessibles, ce qui ne me paraît pas toujours facile. L’histoire dédramatise le fait qu’on puisse parfois être en colère, explique que ce n’est pas grave, que cela arrive à tout le monde, que ça va passer – même parfois grâce à un petit rien (un rire, une glace, un sourire …), apporte des notes positives.

J’allais écrire que ce livre me fait l’effet d’un jus multivitaminé, qui donne le peps et fait sourire, et je me suis souvenue qu’il était dans la Collection Vitamine des éditions Glénat. Du coup, c’est cohérent 😀

Alors, si comme Zélie vous vouliez une glace, faute de cornet triple-boules-chantilly, vous pouvez toujours vous rabattre sur cette mauvaise humeur vitaminée !

7 Comments on “Il était une fois la mauvaise humeur – Lemony Snicket & Matthew Forsythe

  1. Effectivement, je suis d’accord avec toi, je trouve un peu surprenante l’utilisation du pseudo Lemony Snicket… Mais ça semble être un album plutôt mignon.
    (Et maintenant, je file lire tes articles sur les Orphelins Baudelaire, je crois que je suis passée à côté (COMMENT ?!) et j’ai hâte de lire quelqu’un qui partage mon enthousiasme !)

    • Une question de marketing je pense, son vrai nom est sans doute moins vendeur. Mais bon… :/
      L’album est très mignon oui, même si je pensais y retrouver plus d’humour à cause de l’auteur 😉
      On est une espèce pas très répandue, les fans des Orphelins Baudelaire, alors je suis ravie ravie ravie d’apprendre que tu l’es aussi ! 😀
      Tu as chroniqué la série sur ton blog ? 🙂

      • Oui, effectivement, ça doit être pour le marketing, mais je ne trouve pas ça cohérent. Je trouve ça un peu dommage, mais bon, ça ne va pas m’empêcher de dormir.
        Oh oui ! Je trouve cette série fantastique. Lors de ma première lecture, plus jeune, la fin m’avait déstabilisée et laissée sur un drôle de sentiment, mais lors de ma relecture l’année dernière, je l’ai trouvée absolument parfaite et dans le ton de l’histoire. J’ai redécouvert la plume totalement jouissive de Lemony Snicket, ses jeux de mots, son ironie… Bref, je suis retombée encore plus amoureuse de ces bouquins ! ^^
        Oui, j’en ai touché un mot avec ma critique des romans, juste là : https://oursebibliophile.wordpress.com/2017/04/10/jai-relu-les-desastreuses-aventures-des-orphelins-baudelaire-par-lemony-snicket-1999-2006-et-jai-vu-la-serie-netflix/
        Je suis justement en train de la revisionner (deux épisodes par jour, pas plus, faut savourer) en prévision de l’arrivée de la saison 2 et je la trouve encore plus géniale que la première fois ! (Par contre, pas moyen de me débarrasser de ce “Look away”…)

  2. Tu me donne bien envie de découvrir cette album, surtout que ma fille doit être pile-poil dans l’âge ciblé. Par contre, il faut vraiment que tu m’expliques comment tu as pu être amoureuse de Klaus. Non, parce que sérieusement, même sans avoir lu les livres, je sais que c’est un personnage détestable. D’ailleurs, il faut quand même que j’essaye de me mettre je suis vraiment curieux de savoir ce que ça peut donner.

    • Aha ! Klaus est carrément chiant et mr je-sais-tout 😀 En fait j’étais pas amoureuse du personnage du roman mais de celui du film : il y est moins insupportable et je trouvais l’acteur trop beau 😀
      Mais j’avoue que ce ne sont pas des excuses 😀 Je l’ai classé dans “fiction boyfriends inavouables” de notre édition spéciale st Valentin, donc clairement j’assume qu’à moitié 😀
      Bonne lecture avec ta fille ! 🙂

  3. “mon préféré, c’est Lou, le monsieur en slip :D”
    Ah, je vois que tu te révèles 😛
    Je t’offrira un slip à ton prochain anniversaire, à toi de trouver le Ruffio pour mettre dedans après (tutafait)

    Et sinon, les illustrations sont adorables, j’aime beaucoup les illustrations toutes douces 🙂

    • Je te connais Mila, tu vas mal interpréter ces propos 😀
      Sérieux l’image de Lou en slip à la laverie m’a fait trop rire 😀 Comme quoi, même si je n’ai pas l’âge du public cible, j’en ai l’humour 😀
      je note, pour mes 26 ans tu me dois un slip. A la limite un slip avec le portrait de Ruffio dessus, ça ferait d’une pierre deux coups 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.