King of Scars – Leigh Bardugo

Aahh, le grand retour du “Grishaverse”, l’univers créé et développé par Leigh Bardugo dans ses deux séries à succès, j’ai nommé Six of Crows et Grisha. Je vous avoue que, King of Scars, je ne l’attendais pas du tout. Une duologie sur Nikolai, alias l’un des meilleurs personnages de Grisha ? C’était à la fois quelque chose que je n’avais pas du tout envisagé et… que j’aurais adoré envisager toute seule comme une grande : “hé, vous imaginez, une duologie sur Nikolai ?”. Je n’avais même pas eu le temps de le rêver, Leigh Bardugo l’avait déjà fait ; beaucoup trop cool madame Bardugo. 😀

Une couverture… brillante ! Avec un titre doré, un fond doré et des motifs dorés. Voilà qui plairait à Nikolai, il trouverait incontestablement ça digne de lui 😀

L’histoire commence trois ans après la fin de Grisha. C’est pourquoi je vais commencer par un petit avertissement : si vous n’avez pas lu Grisha et/ou Six of crows, la suite va comporter des spoilers sur leurs intrigues. Moi-même qui n’ai pas lu le tome 2 de SOC, je me suis fait spoiler certaines choses qui s’y déroulent. Donc si jamais vous souhaitez découvrir le grishaverse dans son ordre chronologique, je vous recommande de plutôt vous tourner vers ma chronique du tome 1 de Grisha, par exemple !

Bref, une fois ce petit point “chronologie de l’univers” fait, revenons à King Of Scars voulez-vous ?

Nikolai, le prince qui luttait aux côtés d’Alina pour libérer Ravka des griffes du Darkling, est devenu roi de Ravka. Si vous avez lu mes chroniques sur les tomes 2 et 3 de Grisha, vous savez déjà combien j’avais aimé l’introduction de ce personnage, qui apportait une bonne dose d’humour au récit et cassait habilement le potentiels excès de gravité dans les intrigues de ceux-ci. Le monde est littéralement sur le point d’exploser et tous les personnages vont probablement décéder d’une minute à l’autre ? Pas de panique, Nikolai est toujours là pour faire une blague bien senti qui détend (presque) tout le monde – c’est faux, il agace tous les personnages, mais il régale les lecteurs tels que moi. 😀

King of Scars débute avec une très mauvaise nouvelle : les événements du tome 3 ont laissé de grosses séquelles sur Nikolai, des séquelles qui pourraient avoir des conséquences désastreuses pour Ravka, étant donné que son dirigeant est, ni plus ni moins, encore atteint par les pouvoirs du Darkling. C’est bien simple : la nuit, Nikolai peut à tout moment redevenir le Volcra qu’il a été durant une partie du tome 3. Rapidement, cela devient évident : ce ne sont pas les somnifères de Genya et la surveillance de Zoya qui vont suffirent à maintenir la situation. Il va vite falloir découvrir s’il est possible de libérer définitivement Nikolai du monstre qui est en lui.

Ce genre de spin-off est toujours un peu délicat : va-t-il réussir à se renouveler, ou va-t-il être redondant par rapport à ses prédécesseurs ? Je dois le reconnaître, malgré l’excellent moment que j’ai passé avec ce livre, et la très bonne opinion que j’ai de lui, il n’échappe pas complétement au deuxième écueil : oui, il y a un certain – et non des moindres – aspect de l’histoire qui sent le réchauffé. Le côté “retour-de-la-vengeance-de-la-revanche” du grand méchant, #mwahaha #badguysneverdie (je vous laisse découvrir ça en détails par vous-même), n’est définitivement pas ce que j’ai trouvé le mieux dans cette histoire. Pourtant, tout le reste m’a tellement séduite que cela ne m’a pourtant pas empêchée de passer un excellent moment de lecture.

Et les raisons sont nombreuses : c’est l’occasion de voir comment Ravka s’en sort après la guerre contre le Darkling. Parce que c’est bien joli, les happy end où on a vaincu le méchant, mais qu’en est-il de la suite ? Tous ceux qui ont été blessés, traumatisés, qui ont tant perdu et doivent continuer à vivre et faire tourner tout le pays malgré tout ? Et même au niveau politique, les gué-guerres entre les différentes nations ne sont pas prêtes de s’arrêter juste parce que le vilain-pas-beau (non c’est faux, il est très très beau, tout le monde le répète assez souvent pour qu’on s’en souvienne :D) Darkling est mort. Les Fjerdans continuent à détester les grishas et à vouloir envahir Ravka, cette dernière est toujours endettée, etc. Tant de problématiques dont on découvre ici la continuité, et je dois dire que ça fonctionne très, très bien. De ce côté-là, aucune redondance, simplement la continuité de l’histoire de ce monde dans lequel j’ai adoré replonger. Je trouve que Leigh Bardugo continue de traiter tout ça avec une grande cohérence et crédibilité, et cela donne une roman à l’univers très prenant.

Du côté des personnages, c’est également génial de les retrouver : que ce soit toute l’équipe de Grisha, avec Nikolai et Zoya en chefs de file, ou un personnage comme Nina, déjà croisée dans Six of Crows. Mais c’est aussi l’occasion de faire la connaissance d’Isaak, un personnage tout nouveau qui se retrouve embarqué malgré lui dans les histoires de nos héros précédemment cités. Les chapitres alternent entre les points de vue des différents personnages et, ma foi, cette multiplicité des narrations contribue au rythme du récit d’une manière très réussie. En tout cas pour ma part, je suis le genre de personne sur qui ce genre de technique fonctionne à merveille, car si on finit sur un cliffhanger pour un personnage, il faut que je continue de lire jusqu’à retrouver un chapitre où l’on connaît la suite de son histoire. Et comme ils ont tous tendance à finir sur des retournements de situations/révélations, etc., je me retrouve dans l’obligation de ne plus lâcher le livre, tout simplement. 😀

En résumé, je pourrais tout à fait comprendre quelqu’un qui reprocherait à King of Scars certains axes de l’intrigue pouvant paraître répétitifs et un peu “faciles”, mais tout le reste m’a tellement plu et j’ai tellement passé un bon moment à découvrir des personnages que j’adorais – ou pas – plus en profondeur, que je ressors pour ma part très convaincue par cette lecture (même si je pense qu’avoir lu les autres séries est définitivement un plus pour vraiment aimer). Il ne me reste qu’à attendre la suite (et fin)(j’aime l’efficacité de Leigh Bardugo concernant le nombre de tome de ses séries) ; espérons qu’elle arrive vite, vite, vite !

2 Comments on “King of Scars – Leigh Bardugo

  1. Il faut vraiment que je termine SoC ^^’
    Et sinon trop chouette ton enthousiasme pour ce premier tome ! =D
    J’espère que la suite sera à la hauteur ! =)

    • Je n’ai jamais fini SoC, donc qui suis-je pour juger, hein ? ^^
      Ouaip, je croise aussi les doigts, merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.