La Ferme des Animaux – 2 adaptations cinématographiques

Hier c’était le Nouvel An Chinois, et cette année 2019 est l’année du cochon. Alors pour célébrer ça, je souhaitais parler d’une œuvre qui parle … de cochon ! J’aurai pu faire Porcorosso ou Les Trois Petits Cochons, mais je suis tombée sur cette adaptation de La Ferme des Animaux d’Orwell… Et j’étais obligée de vous en parler 😀


Y-a-t-il des livres que vous ne verriez pas du tout être adapté au cinéma ?

J’ai beau aimer le cinéma, il y a certains titres, j’ai envie de dire « pas touche ! ».
Le Meilleur des mondes par exemple (ça fait deux fois de suite que j’en parle, depuis Presque Maintenant, je crois qu’il va falloir que je le relise :D), j’adore le livre, j’adore ce genre de film en général, mais là, no way.
C’est le cas pour Incendies de Wajdi Mouawad aussi, qui m’a énormément bouleversée. Je sais qu’il existe un film, mais je n’ai même pas envie de savoir si il est bien ou pas. Si il l’est je vais être anéantie de voir tout ça en images, si il ne l’est pas je serai trop déçue 😀

Et La Ferme des animaux d’Orwell fait partie de cette liste … Pour le coup ce n’est pas tellement que je le trouve « trop bon » pour être adapté (même si il l’est :D), mais … je sais pas, ce côté fable animalière associée à une critique des régimes totalitaires communistes, ben … ça fonctionne très bien en roman mais j’avais pas forcément envie d’en voir une adaptation.

En fait, je ne m’étais même pas posé la question. Ça ne m’a même pas effleuré l’esprit qu’un jour un type un peu accro à sa caméra puisse se dire « Whaaaou ! Je vais aller dans la ferme de Tonton Gégé, et j’vais filmer ses brebis ça va faire un super film façon Orwell ! ». Nan franchement ça m’a semblé un peu casse-gueule. Et pourtant … certains l’ont tenté, j’en parle en deuxième partie d’article.

La Ferme des Animaux, de John Halas et Joy Batchelor, 1954

En attendant … Je suis tombée sur une adaptation en dessin animé du fameux roman … et la curiosité l’a emporté !

Surtout quand j’ai vu que c’était des dessins façon Disney. Quand je l’ai vu, ça passait sur Arte à 1h du matin (oui j’ai des soirées de fifou :D), du coup ça mettait la puce à l’oreille sur le fait que ce n’est paaas tellement pour les enfants. (même si c’est écrit “dès 8 ans “sur l’affiche …) Mais quand même entre ça et Rox et Rouky, niveau dessins c’est quasi la même chose.

Malgré les dessins mignons, même si on passe à côté du message, ya de quoi traumatiser un gamin … Ya de quoi traumatiser une Luciole même ! La scène où les animaux n’ont plus que la peau sur les os et que le cheval Malabar est à bout de force et que l’âne hurle à la mort… Je ne m’en remets pas :'( et pourtant, ayant lu le livre et en gardant un souvenir plutôt frais, je savais à quoi m’attendre ! Je voulais justement voir comment cette scène avait été gérée. Ah bah j’ai été servie ! Pas de soucis, le dessin animé appuie bien là où il faut pour faire passer le message 😀 Mais ça crée un vrai paradoxe avec les dessins si naïfs et enfantins, un peu comme si on voyait un dessin animé avec des animaux Disney anorexiques. C’est pas inintéressant, mais c’est déstabilisant.

Ce que je peux reprocher au film, c’est son côté caricatural et manichéen. Logique dans l’esthétique choisi, mais je trouve que tout l’intérêt du roman d’Orwell c’est que les personnages, surtout les cochons, sont ambigus. A l’image des régimes totalitaires qu’il critique, les personnages présentent leurs prises de pouvoir arbitraires comme étant dans l’intérêt de tous. Le pensent-ils ou non ? L’appliqueront-ils ou non? Rendront-ils la vie de tous meilleure ou non ? Le temps le dira, mais au départ on peut éventuellement se poser la question (même si il y a peu de place au doute au final dans le roman). Dans le dessin animé, pas de surprise, les gentils ont des têtes de gentils, les méchants chiens et le cochon-dictateur Napoléon ont des têtes de méchants. Même les fermiers ont le teint verdâtre et des cernes, impossible d’entrer en empathie avec eux …

Pas étonnant en même temps quand on connait son contexte de production. Réalisé en pleine Guerre Froide, le film est ouvertement anticommuniste et aurait été produit grâce à un agent de la CIA qui a obtenu les droits. (cf. Le Cinéma d’Animation, Sebastien Denis) Rien que ça 😀 Vallait mieux jouer à fond le jeu :p Alors entre CIA, maccarthysme, chevaux envoyés à l’usine de colle … son esthétique avait beau réussir à me faire douter, cette adaptation n’est clairement pas pour les enfants, et c’est d’ailleurs un des premiers dessins animés à se présenter ouvertement comme destiné à un public adulte (en 1954). Wouhou ! C’est donc un peu grâce à lui qu’on a des super films d’animation pour tous les âges 😀

Bon, malgré ces qualités, les films avec des animaux, c’est pas tellement ma came. Ouais, je suis une des rares personnes à ne pas être fan du Roi Lion, juste parce que je déteste qu’on essaye de me faire pleurer avec des mignons animaux humanisés qui sont trop tristes et font des yeux de chat potté. Je trouve que c’est une prise d’otage émotionnelle 😀 En tout cas ça m’a toujours mise mal à l’aise. (Et l’âne qui hurle à la mort dans La Ferme des Animaux, n’en reparlons pas :'( ).

Mais je me consolais en me disant qu’AU MOINS ce n’était pas un film live, avec des vrais animaux. J’ai dit ça à mon frère qui m’a demandé si au moins j’étais certaine qu’il n’en existait pas. Zut. En fait si, et on l’a regardé en entier !

La Ferme des Animaux, de John Stephenson, 1999

 

Alors autant, le premier était prenant et adaptait quand même assez fidèlement le roman d’Orwell, autant le film live est juste traumatisant. Mais pas pour les mêmes raisons… Sérieux, vous avez envie de voir des discours de faux cochons qui bavent et des chorales d’oies et de moutons ? 😮 (bon au moins la musique était chouette :D). On a trouvé ça terrifiant.

Les animaux n’étaient même pas toujours mal faits, c’est ça le pire : quand vous ne savez pas si c’est un vrai animal ou pas qui est filmé et si du coup c’est normal que le cochon ait un menton, que les chevaux articulent avec leurs lèvres et que les chèvres fixent la caméra comme ça … c’est le moment où l’humanisation des animaux a ses limites 😀

Le film est beaucoup moins dur que le livre et l’adaptation (à part les premières scènes façon boucherie … ^^)  : il y a une happy end, et aucun animal ne maigrit comme l’a décrit Orwell. Ce qui a eu un effet rassurant, je ne tenais pas à voir de vrais animaux affamés … Bref ^^ C’est franchement pas la meilleure adaptation des deux et c’est vraiment long, mais elle nous a beaucoup fait rire (au second degré) ET nous a permis, avec mon frère, de découvrir plein de races de cochons !

 

« Sérieux … Tu crois que ça existe les cochons roux ?  Attends je cherche ‘cochon roux’ sur google
– fait gaffe tu risques de tomber sur des trucs chelous
– Tu crois ? Ah non c’est bon ! »

Ouais, donc en terme de cochon roux nous avons découvert le cochon irlandais, on pense que c’est le cas de Brise-Babille dans le film 😀 Nous avons aussi appris l’existence du potamochère, cochon roux, très poilu, avec des peintures de guerre blanches autour des yeux et des oreilles de Dobby. Ainsi que du babiroussa, sorte de cochon-éléphant, sauf que ce ne sont pas des défenses qui lui poussent devant le museau, mais ses dents, qui peuvent grandir au point de lui transpercer la peau et créer des infections (l’animal pas bien fichu quoi…). Sinon on peut aussi parler du cochon frisé qui ressemble à un mouton, mais on va s’arrêter là.

En tout cas, faute d’être un bon film, le second aura fait de nous des experts en races de cochons 😀 Mais si vous préférez voir une adaptation de La Ferme des animaux, la version de Batchelor et Halas est un peu plus une référence du genre 😀

Allez, un peu de musique pour terminer en beauté :p

2 Comments on “La Ferme des Animaux – 2 adaptations cinématographiques

  1. Non mais comme toi, s’il y a bien un livre que je n’imaginais pas une seconde adaptable/adapté c’est bien celui-ci x)
    Rolalala, ça a juste l’air traumatisant du coup xD Un coup à faire des cauchemars hyyypeeer bizarre ^^
    Merci pour la découverte de toutes ces races de cochons, parce qu’on en apprend tous les jours x)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.