Le Monde d’Lo, des Sirènes et des Hommes. Livre ou jeu de 7 familles ?

“Les sirènes du port d’Aleeeexandriiiie ! Chantent encore la mêmeuh mélodiiiiie !”
Aujourd’hui on va parler de … ?
– de Claude François !
Mais non … de Sirènes !

Du même éditeur (CMDE), nous vous avions déjà parlé d’une série de réécritures de contes parfois glauques, parfois loufoques, parfois les deux, et proposé une battle entre deux petits livres délicieusement absurdes. Ce livre-ci : Le Monde d’Lo, des Sirènes et des Hommes est à lui seul également rempli de surprises !

On est sur un tout petit format, quasiment deux fois plus petit qu’un livre de poche qui présente à chaque page une nouvelle sirène. Pour chacune de ces sirènes un portrait très doux. Couleurs à la fois vives et fluides mettant en avant les particularités des techniques : coulures, mélanges, contours aléatoires ; associées à un dessin très fin noir et plus précis. J’ai adoré le mélange de ces deux techniques et le contraste que ça crée au sein d’un même dessin, un peu à l’image des sirènes qu’on connaît : elles-mêmes paraissant douces tout en étant cruelles. A chacun de ces dessins s’associe un petit texte, parfois un poème, une mini nouvelle, un dialogue, ou même une conversation par mail.

Ce livre peut donc être qualifié de recueil. Mais ce n’est pas seulement ça, et loin de là. Pour simplifier on pourrait dire ça, mais je commence à connaître cette collection du CMDE, ils ne font pas dans la simplicité :D. Du coup, que ceux qui n’aiment pas les recueils de nouvelles ou de poésie restent parmi nous. Le Monde d’Lo est aussi un portfolio d’images de sirènes plus belles les unes que les autres, un jeu de cartes, un précis de créatures mythologiques … En fait je crois que ça irait plus vite de vous dire ce que ce livre n’est pas. Ce livre n’est pas un livre de cuisine. :p Et encore … Certaines pages nous donnent des conseils pour cuisiner une soupe de poisson … !

Bref, vous l’avez compris, en seulement quelques pages et en un format à peine plus grand qu’un jeu de tarot, ce livre est complexe et vraiment fourni !

Je parle de jeu de cartes, ce n’est pas une blague, et c’est là qu’à mon avis réside la plus grande originalité de cet ouvrage si ce que j’ai dis précédemment ne suffisait pas. C’est un véritable livre-objet construit comme un jeu de sept familles. Littéralement. Le Monde d’Lo présente sept familles de sirènes, certaines qu’on connaît bien : Sirènes mythiques (ce sont celles de L’Odyssée), Femmes marines (c’est La Petite Sirène d’Andersen), mais aussi Fiancées animales, fées des eaux, femmes des fleuves, filles des lacs, déesses de la mer …

Chacune de ces familles commence par une sorte de fiche d’identité présentant les caractéristiques de ces sirènes, où on peut les retrouver dans la littérature etc … puis se compose de quatre femmes : la petite fille, la jeune fille, la mère, la grand-mère. Vraiment, on pourrait jouer aux sept familles. Chaque page est même détachable pour donner un véritable jeu de cartes (un peu souples pour jouer vraiment, mais l’idée est là) ! Bon je vous avoue que je n’ai pas encore osé y toucher, quoi qu’à force de la manipuler la première page commence à se détacher je finirai par sauter le pas ! 😀

 

A chaque famille de sirènes : son histoire. Certaines m’ont émue, d’autres m’ont fait rire. Je ne les ai pas forcément toutes aimées individuellement mais j’ai aimé l’ensemble qu’elles formaient ! Les liens entre les différentes histoires dépassent même le cercle de chaque famille puisqu’on retrouve un fil conducteur liant les générations de différentes familles entre elles. J’ai par exemple repéré que toutes les « petites filles » portaient un collier, collier qui est ensuite évoqué dans le texte correspondant. Pour les « grands-mères » ce sont des miroirs et il est toujours question de reflet à un moment ou un autre dans leurs histoires. Etc …
On retrouve aussi des thématiques et problématiques communes liés aux âges, les plus jeunes sirènes sont souvent en questionnement, les mères face à des désillusions etc …

Bon je ne vais pas tout résumer, même si j’en serai très tentée et que j’avais fait un tableau de correspondances pour mettre en lien les détails, je me suis prise pour Sherlock Holmes 😀 Je vous ai dit que ce livre fourmillait de choses très diverses ! S’en fut même à un moins que j’ai cru voir des indices là où il n’y en avait pas « Tiens, mais elle, elle n’a pas de fleurs alors qu’elle devrait ! Peut-être que si je mets sa carte en lien avec d’autres qui auraient des anomalies j’obtiens une nouvelles histoire ! » ; « Oh ! Mais les symboles qui correspondent au peigne, au miroir, au collier … ils ne sont pas dans l’ordre sur les fiches d’identité, si ça se trouve, en lisant les cartes dans l’ordre des symboles l’histoire prend un autre sens !! ». Bon en fait. NON ! Soit ce livre m’a complétement fait fumer du casque, soit je n’ai pas assez cherché, mais mes enquêtes n’ont rien donné ! Pourtant je vous jure que j’étais persuadée qu’il y avait un message codé digne du Da Vinci Code 😀

Ca m’a frustrée de ne pas trouver de message codé, mais ce livre fut en tout cas une super découverte très originale !

Ce n’est d’ailleurs pas le seul ovni qu’on peut trouver dans cette collection : j’ai également découvert Le Monde de Mithra : un « livre » composé de divers feuillets cartonnés indépendants. Sur une face : un texte d’un des nombreux auteurs participants à l’expérience et réécrivant le mythe de Mithra, sur l’autre, un dessin fourmillant de taureaux bronzant ou faisant du ski et dont les bords s’accordent parfaitement aux autres dessins… (Hum, c’est flou dis comme ça non ?:D). Entre le puzzle et le cadavre exquis, à nous, lecteurs, seul ou à plusieurs, de créer l’histoire qu’on souhaite  et de trouver une forme qui nous amuse. J’en parlerai peut-être plus précisément à l’occasion mais je tenais à présenter ce frère jumeau (paru le même jour) des Sirènes qui a poussé le concept encore plus loin ! (le rendant ceci dit peut-être plus difficile d’accès – et plus glauque ^^)

Sur ce, je vais replonger en enfance et jouer aux cartes ! (Vous vous rappelez du Mistigri ? Ce jeu me faisait trop peur, je paniquais à chaque fois que je tombais sur le Mistigri ! On devrait quand même suggérer au CMDE de faire un livre-Mistigri, ça aurait grave la classe!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.