Le Sculpteur – Scott McCloud

Le Sculpteur, c’est la BD qui m’a donné envie de m’intéresser au roman graphique, qui m’a montré qu’il existait d’autres formes que la classique franco-belge ou que les BD fantasy type Lanfeust. Au moment de ma lecture ça a été une véritable révélation, cette réécriture du mythe de Faust, tout en bleu noir et blanc. J’en garde le souvenir du traitement du mouvement de manière incroyable. Et ce n’est pas rien quand le cœur de l’histoire c’est la sculpture, massive et immobile.

Bref une révélation. Ça avait été un coup de cœur intersidéral ! J’en avais d’ailleurs parlé, ma première chronique se trouve en bas de cet article.
Je ne l’ai pas relu depuis, et j’avais très envie de le faire, maintenant que j’ai découvert d’autres livres du genre, dont de grosses références et beaucoup de coups de cœur. Du coup relire Le Sculpteur me faisait un peu peur … Et si je ne l’aimais pas autant que la première fois ? Et si le fait que j’ai été transportée à ma première lecture était dû au fait que je ne connaissais pas le genre ? Et si en en découvrant d’autres, mes goûts de romans graphiques avaient changé ?
Ouaip, l’entreprise était périlleuse. Je risquais d’être déçue je le sais. Mais je suis une aventurière qui vit dangereusement, qui mange des frelons et se baigne avec les crocodiles 😀 (non).
Alors j’ai pris mon courage à deux mains, je me suis attelée à cette relecture et je viens vous en reparler ! 😉

Le Sculpteur - Scott McCloud

En mal d’inspiration, David Smith, jeune sculpteur torturé se voit proposer un pacte qui lui permettra de réaliser son rêve d’enfance : sculpter ce qu’il souhaite à mains nues. Mais rien n’est éternel et tout a un prix. En échange de sa vie, il aura deux cents jours pour créer son OEuvre. Et il va le payer encore plus cher : au lancement du compte à rebours, il rencontre le grand amour… De quoi ébranler toutes ses certitudes.


J’ai débuté ma relecture avec une petite appréhension, et puis elle s’est très vite envolée.

J’ai de nouveau été transportée par ma lecture, par le rythme, la profondeur des personnages. J’ai redécouvert l’histoire que j’avais un peu oublié en fin de compte.

Je reste d’accord avec mon avis d’il y a deux ans : j’adore la vie que Scott McCloud a su insuffler à ses personnages, mais aussi à la ville, aux lignes de fuites très intenses, le côté mythe de Faust et la mort qui joue aux échecs comme dans Le Septième Sceau, la sensation de mouvement et au sentiment que certaines pages se lisent plus vite que d’autres tant je trouve que le rapport au temps est bien géré dans cette BD.

Cette réédition propose un long entretien (très intéressant) avec l’auteur, sa façon de travailler, le parallèle avec sa vie … Et il le dit lui-même qu’il voulait qu’on ait l’impression que le temps s’accélère à mesure où les jours comptés à David passent, puis ralentissent, et que cela se ressente réellement dans la lecture. En lisant ça je n’ai été on ne peut plus ravie de l’avoir remarqué lors de ma lecture sans savoir que c’était un peu le but ultime de l’auteur :p Et encore plus ravie que cela fonctionne aussi bien !

Malgré tout, si j’ai retrouvé tout ça, j’ai été surprise de voir que ce qui m’a marquée cette fois-ci, ne sont pas forcément les mêmes choses que lors de ma première lecture. Je m’étais suffisamment extasiée sur la technique lors de ma première lecture, j’ai pu mieux entrer dans l’histoire. En tout cas de ce que j’en m’en souvenais. Le personnage de Meg ne m’avait pas tant frappée la première fois, alors qu’elle m’a cette fois-ci profondément émue. Il faut dire que je crois que je me suis un peu identifiée … ^^ Le rapport au temps, à la mort, au fait de savoir ou non les jours qu’il nous reste à vivre … je trouve Le Sculpteur incroyablement puissant, et j’ai (encore) finit en larmes après l’avoir lu d’une traite 😀 Heureusement que ce n’était pas le même exemplaire du livre (la première fois c’est un ami qui me l’avait prêté), sinon il va finir détrempé le pauvre sculpteur 😀

Lire l’entretien au départ m’a aussi permis d’y voir des choses qui ne m’aurait pas forcément touchée autrement.

L’influence des comics par exemple, le fait que David est une sorte de super-héros avec des super-pouvoirs … Oui ben oui, sculpter tout type de matériaux à mains nus, ce n’est pas très humain comme pratique à la base … Mais je ne sais pas, ça ne m’avait pas effleurée au départ. Je ne suis pas une adepte des comics et des super-héros. Je n’en ai jamais lu et je n’aime que le Joker-Heath Ledger, parce que c’est Heath Ledger, et les Superman des années 70 parce que je regardais ça quand j’étais petite ^^ Ouais, ma culture en comics est plus que limitée, du coup ce n’est pas ce que j’avais retenu du livre. Pourtant c’est bien là, et je trouve ça très intéressant de voir comment cette influence des comics prend corps dans le livre, comment la ville y devient presque un personnage à part entière …

Tout ça pour dire qu’il me semble que Le Sculpteur est un livre incroyablement riche, autant sur les thèmes abordés que sur les influences de l’auteur. Je l’ai lu deux fois, et en ai retiré des choses très différentes, selon mon état d’esprit, la période de ma vie etc … et je suis sûre que chaque personne peut en tirer des choses très différentes les unes des autres également – être plutôt attiré à la base, comme moi, par le côté sculpture et réflexion sur le procédé créateur quasi-destructeur de l’artiste, ou plutôt par le côté super-pouvoirs, l’histoire sentimentale … J’ai l’impression qu’énormément de lectures sont possibles !

Scott McCloud écrit surtout de la non-fiction, des livres SUR la bande-dessinée.

Les sources, la théorie de cet art, les techniques pour passer d’une case à une autre, à faire progresser le temps, représenter les ellipses … Je suis épatée de voir à quel point il arrive à mettre en pratique ce qu’il dit en théorie, et à quel point visiblement ça fonctionne. (En tout cas sur moi ça fonctionne :D.) J’ai l’impression que ce n’est pas toujours le cas les bons critiques et théoriciens ne sont pas forcément de bons artistes, et vice-versa. Je n’ai pas lu les non-fictions de l’auteur, mais ça me donne vraiment envie de les découvrir maintenant !

C’est fou parce qu’en général, lorsque j’écris sur un coup de cœur, je n’ai pas tellement de chose à dire à part « c’est géniiiiaaaal !!! » et là, ça à beau être la deuxième fois que j’écris sur Le Sculpteur, je continue à ne pas tarir d’éloges et à avoir l’impression que je pourrai continuer longtemps 😀 J’ai vraiment adoré relire ce livre, et le dossier du début a vraiment apporté quelque chose à ma lecture, un peu comme l’avait fait celui de La Forêt Millénaire. Très intéressant et très complet, il m’a permis d’en découvrir plus sur l’auteur et sa manière de travailler, de porter un regard un peu différent sur le livre.

Bref, cette fois-ci comme la première fois, Le Sculpteur est un coup de cœur, et je crois bien qu’il le restera !

 


Mon avis après ma première lecture : 6 janvier 2016

Dès qu’on a découvert cette BD au Salon du Livre de Paris l’année dernière avec Morgana, je savais qu’il fallait que je la lise un jour ou l’autre. Je savais que je ne serai pas déçue, mais je ne m’attendais pas à ADORER à ce point ! (et je pèse mes mots) Sérieusement, j’ai pris une sacrée claque et je comprends enfin toutes les critiques élogieuses !

En mal d’inspiration, David Smith, jeune sculpteur torturé se voit proposer un pacte qui lui permettra de réaliser son rêve d’enfance : sculpter ce qu’il souhaite à mains nues. Mais rien n’est éternel et tout a un prix. En échange de sa vie, il aura deux cents jours pour créer son OEuvre. Et il va le payer encore plus cher : au lancement du compte à rebours, il rencontre le grand amour… De quoi ébranler toutes ses certitudes. Une interprétation moderne, implacable et poétique du mythe de Faust.

_____________________

J‘ai un problème : je ne lis que rarement les résumés avant de me lancer dans ma lecture, du coup le pacte avec le « diable » m’a un peu destabilisée. Je m’attendais à une histoire très réaliste, forcément, ça perturbe un peu … Passée cette « surprise », je dois avouer que je n’ai aucun point négatif à relever.

Cette BD est tout simplement géniale.

J‘ai été réellement entrainée par l’histoire. Je suis rarement prise par un livre au point de l’avaler d’une traite et de ne plus rien faire à côté (je sais, c’est triste), mais là je peux le dire : c’était addictif ! Et j’ai lu les presque 500 pages d’un seul coup.

Le rythme est parfait, on passe des moments d’action où on lit les pages à toute vitesse, aux moments d’émotion où on prend son temps d’apprécier. Je n’ai ressenti qu’une seule petite baisse de régime de quelques pages, mais autrement, le rythme est soutenu et parfaitement dosé d’un bout à l’autre, on ne s’ennuie pas ! Et sur autant de pages, c’est une prouesse !

Je suis également épatée par la gestion du mouvement, j’ai rarement lu une BD qui me semblait tant en mouvement. Quand David Smith court dans la rue, je me voyais presque courir à ses côtés (sauf que je ne cours pas si vite, et que j’habite pas à New-York, mais ce ne sont que des détails :D).
Le livre parle (entre milliers d’autre choses) de la difficulté de la sculpture à rendre le mouvement. Il illustre lui-même bien cette problématique et relève le défi avec brillo.

On est également plongé dans les ressentis du personnage. L’image se concentre sur ce qui intéresse David : dans une foule, la personne qu’il suit du regard ressortira parmi les autres. Les flots de paroles sans importance qui passent en hors champ participent à cette immersion. Je me suis identifiée d’autant plus à David et cela augmente l’impression de réalisme. Comme je le disais : on est vraiment plongé dans l’univers du Sculpteur.

Au-delà de cet éloge (intarissable) sur l’esthétique et la mise en scène … (oui, la Luciole-groupie du Château des Etoiles est de retour :D), la narration est elle aussi très riche. Le Sculpteur pose de nombreuses questions sur l’art, la relation art-artiste, l’art comme produit de consommation, mais également sur l’être humain, sur le destin, le libre-arbitre, le choix … Je crois que ça parle à tout le monde. En tout cas, beaucoup de choses m’ont touchée pendant ma lecture et j’ai pris quelques minutes pour m’en remettre à la fin.

Tout est bien trouvé, subtil, et la fin est magnifique …

A ce stade là de groupiattitude, je ne sais pas quoi dire de plus … Si ce n’est que si nous n’avions pas déjà fait la liste de nos coups de cœur 2015, il entrerait sans hésitation dans le top … C’est juste parfait !

7 Comments on “Le Sculpteur – Scott McCloud

  1. Je le vois très souvent dans les librairie quand je vais me balader du côté des romans graphiques, et je dois dire qu’il m’a toujours intriguée !
    Du coup baaah làà, ça sera vraiment dur de résister à mon prochain passage =D
    Merci pour ce joli article, on sent vraiment que tu as aimé ta lecture, c’est trop chouette à lire ! =)

    • J’avoue qu’il m’a intriguée longtemps avant que je l’emprunte à un ami pour le lire, il m’a happée dès la couverture ce livre, et j’étais TELLEMENT contente de l’avoir enfin dans ma bibliothèque ! ^^
      Mais il est un peu cher je crois, peut-être que tu pourrais l’emprunter pour voir si il te plait ?

  2. peu habituée à ce type de roman … j’ai adoré!!!! et pourtant je ne l’ai pas lu à un moment facile de ma vie!

  3. Je lis rarement des BDs, mais wow! Après un avis pareil, ça donne envie de la découvrir 🙂

  4. Cette BD me donne très envie, les dessins sont absolument magnifiques! Je vais bientôt sauter le pas. Merci pour cette belle découverte 🙂

  5. Si il te tente depuis un bout de temps je pense que tu peux franchir le cap sans hésitation ! Et ne t’inquiète pas, l’image que j’ai mis à la fin de l’article est au début du livre, pas de spoil 😉 -Luciole

  6. Sympa comme article ! Il me fait de l’oeil depuis un moment et je pense que je vais franchir le cap bientôt ^^
    Par contre, j’espère que la dernière image ce n’est pas la super fin dont tu parles, ce serait dommage :p (z’aime pas les spoils !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.