Les Brumes de Sapa – Lolita Séchan

J’ai une affection particulière pour les romans graphiques (auto)biographiques qui nous emmènent à la découverte d’autres cultures, à l’autre bout du monde !

Couverture Les Brumes de Sapa. deux jeunes filles, une occidentale, une autochtone devant une montagne

C’est comme ça que je vous ai parlé de Retour à Bandung, de Poulet aux Prunes, de Meilleurs Voeux de Mostar, et j’en passe … et c’est comme ça que je me suis intéressée aux Brumes de Sapa. Malgré la chronique enthousiaste d’Owlygirl sur son blog, je ne savais toujours pas si ce livre allait me plaire. A chaque fois que je le voyais en librairie, je sautais dessus, convaincue que j’allais l’acheter – je le feuilletais – le prenais – le reposais – et je repartais sans … Bon ok, ce livre me rendais un peu psychotique, je l’avoue 😀

Et puis, oh miracle ! Depuis le temps que je le dis, je me suis enfin réinscrite dans une médiathèque, et Les Brumes de Sapa a été le premier livre que j’ai emprunté ! ^^ Je ne voulais pas m’inscrire car j’avais peur qu’avec mon habitude de laisser trainer les livres 6 mois avant de trouver « le bon moment pour les lire », je rendrais toujours les livres avant de les avoir finis mais là … Les Brumes de Sapa n’a pas tenu une soirée.

Franchement, j’ai adoré. Mais pas pour les raisons que j’imaginais.

Je pensais trouver en ce livre un récit de voyage d’une jeune femme, ses rencontres, son dépaysement, ses découvertesLes Brumes de Sapa, c’est bien plus que ça ! Lolita Séchan (auteure de ce livre et fille de Renaud) nous livre ses peines, ses doutes, ses questionnements, ses envies d’ailleurs de jeune adulte coincée à Paris chez sa mère et n’ayant aucune idée de quoi faire de sa vie et de son avenir … alors elle part au Vietnam. Seule.

L’arrivée au Vietnam n’est pas vraiment simple pour elle, et elle se demande en tout honnêteté ce qu’elle fout là. Parce que le voyage, ce n’est pas QUE beau, Les Brumes de Sapa nous parle du mal du pays, de la peur, du déracinement, des différences culturelles, de la misère et des injustices qu’elle côtoie malgré elle (prostitution infantile, dénigrement des minorités, pauvreté, etc). Ça crée des expériences, ça fait mûrir, mais sur le coup, elle se les prend un peu en pleine face, et elle le dit, au départ, elle n’est même sûre de si elle aime ou non ce pays.

Et puis arrive Lo Thi Gom, cette jeune fille Hmong qu’elle rencontre à Sapa. J’ai appris deux-trois trucs sur les Hmongs (peuple vivant dans les montagnes au Vietnam, au sud de la Chine et au Laos) en lisant Un Million d’éléphant, Les Brumes de Sapa m’a permis d’en apprendre un peu plus, surtout sur la façon dont ils sont considérés par les Vietnamiens. Mais ce qui est mis surtout en avant, c’est cette amitié si particulière et si profonde qui unie les deux jeunes femmes à partir de ce moment-là malgré le fossé culturel, et qui m’a énormément émue. (Je suis d’ailleurs encore un peu sous l’effet de l’émotion en écrivant cette chronique, je ne sais donc pas si il en ressortira quelque chose d’intéressant. ^^)

Le livre se déroule sur plusieurs années, Lolita retourne à Paris, part à Montréal, retourne au Vietnam, plusieurs fois. On voit la jeune femme changer, mais également Lo Thi Gom grandir, au rythme du Vietnam qui change, qui se modernise. Lolita Séchan a su retranscrire et nous faire partager ce qu’elle ressent face à ces changements : de la joie, de l’espoir, notamment pour la population Hmongs (dont les enfants peuvent enfin aller à l’école par exemple), mais aussi de la tristesse et de la nostalgie, sans doute un peu égoïste, elle l’avoue, de voir le pays et Lo Thi Gom se métamorphoser pour ne plus vraiment ressembler à ce qu’elle a connu à son premier voyage.

De ce que j’ai lu dans les avis sur internet, beaucoup ont trouvé cet ouvrage inspirant. C’est vrai, Lolita qui s’ennuie à Paris n’hésite pas à faire ses bagages pour aller voir autre chose. Ça donne envie de bouger, de voyager. Mais à vrai dire, pour le coup ça m’a plutôt fait me sentir un peu nulle ^^ Je me suis beaucoup retrouvée dans le personnage de Lolita, dans ses questionnements, dans ce qu’elle traverse, sa façon de voir les choses – sauf que je suis quasi sûre que je n’aurai jamais le courage de partir seule à l’autre bout du monde dans un pays dont je ne parle absolument pas la langue et ne connais pas du tout la culture ^^

Passé ce moment « ok, pendant ce temps-là je suis dans mon canapé et j’ai même la flemme d’aller à la Poste », j’ai adoré ma lecture – la sincérité et la sensibilité avec laquelle l’auteure se livre, parle d’elle et de ses émotions. Plus que dans tout autre autobiographique que j’ai lue, j’avais l’impression que l’auteure elle-même me racontait son histoire comme si on se connaissait depuis longtemps, j’ai trouvé que ça rendait son récit très touchant !

Plus qu’un récit de voyage touristique, c’est un véritable voyage initiaque que Lolita entreprend dans ce récit, et que l’auteure nous livre, sans filtre.

Alors franchement, il y avait vraiment une raison qui faisait que j’étais sans arrêt attirée par ce livre, et j’ai bien fait de finir par m’inscrire à la médiathèque pour l’emprunter … Il aurait été vraiment dommage que je passe à côté !

3 Comments on “Les Brumes de Sapa – Lolita Séchan

  1. Olala, encore un livre qui me fait très envie ! La dernière illustration m’a touché plus que de raison, sans que je puisse l’expliquer c’est fou !
    Et on est d’accord, toute façon la Poste c’est toujours super loin, puis en plus on fait la queue 15 ans et tout. Bref, des fois on dirait que limite, le Viet Nam c’est plus près.

  2. J’en ai entendu parlé sur une chaîne Booktube, et il me faisait drôlement envie, mais ta chronique m’a encore plus mis sur les rotules ! 😀

  3. Comme à toi, ce roman graphique m’a souvent fait de l’oeil. Ta chronique me dit qu’il est temps que je me bouge les fesses pour le découvrir un peu mieux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.