Les filles de l’astrologue T1 – Laurence Schaack et Françoise de Guibert

Vous voulez connaître votre avenir ? Les filles de l’astrologue sauront peut-être vous aider !

Bon, d’accord, cette phrase d’accroche était mensongère, et si elles l’avaient lue, les 4 héroïnes m’auraient jeté le regard le plus noir qu’elles aient en stock. Car toute leur aventure commence en quelque sorte à cause de telles phrases : l’histoire prend place à l’époque où, après avoir été grand amateur d’astrologie, le roi Louis XIV la fit interdire.
C’est comme ça que les trois soeurs, Thérèse, Ariane et Philomène, ainsi que leur cousine Soledad se retrouvent à devoir secourir le père des filles, jeté soudainement en prison à cause de sa pratique reconnue de l’astrologie.

L’histoire est portée par 4 héroïnes aussi différentes que complémentaires. Dès le début, on nous fait comprendre quel est le caractère de chacune et le type de rôle qu’elle aura à jouer dans l’histoire. J’ai un peu craint qu’on reste à quelque chose de très superficiel et que chacune soit cantonné à un cliché particulier. Mais, surprise, là aussi, les auteures s’en sortent bien et réussissent plutôt bien à exploiter le caractère défini de chacune. Cela reste des personnages de roman très jeunesse, mais cela ne m’a pas empêchée de les apprécier. Allez, je vous le dis : ma préférée, c’est Ariane ! J’ai beaucoup aimé l’arc narratif dédié à Thérèse, entre autres car il l’emmène dans des lieux que je connais bien et n’aurais jamais cru croiser dans ce roman, mais le personnage en lui-même m’a agacée à plusieurs reprises.

Alors, à vous de choisir : vie proche de la nature et mariage forcé avec Philomène, Ariane la scientifique, Thérèse la courageuse et protectrice aînée qui découvre la vie des contrebandiers, Soledad et l’attrait de la vie mondaine ?

Les voilà lancées dans une folle aventure pour réussir à prouver que Germain n’est en rien comparable aux empoisonneurs et “sorcières” que le roi fait arrêter en masse. Pour elles, l’astrologie est une science et cela n’a absolument rien à voir avec ces autres pratiques.
Alors, l’astrologie est-elle vraiment une science ? Il me semble qu’aujourd’hui, chez les scientifiques, les avis vont plutôt de “ramassis de croyances” à “pseudo science”, mais la passion des filles, et en particulier celle d’Ariane (la plus formée des 4 à l’astrologie) donne terriblement envie de les soutenir et de les voir réussir à prouver que “mais si, c’est une science !” On voit d’ailleurs Ariane scandalisée quand sa cousine propose d’utiliser le thème qu’elle vient de faire comme moyen de lire l’avenir à quelqu’un. Pour Ariane, l’astrologie, c’est mathématique, c’est basé sur des tables de calculs et du rationnel. On la voit passionnée par les philosophes des sciences et son approche est clairement scientifique. Mine de rien, le roman m’a amenée à réfléchir à toutes ces questions, sur ce qui relevait des sciences ou de la croyance. On est véritablement plongé dans ces conflits idéologiques de l’époque.

Parlons-en, d’ailleurs, du cadre historique ! Il est terriblement bien planté. D’autant plus que l’action se déroule en grande partie dans ma région, et que les auteures ont réussi à me faire oublier les lieux tels que je les connaissais pour me plonger dans l’ambiance de l’époque.

__________

Les filles de l’astrologue, c’est un roman d’aventure sans temps mort, avec 4 héroïnes très différentes qui permettent d’offrir une vision très complète de la vie de l’époque et de ses problématiques. Très chouette !

6 Comments on “Les filles de l’astrologue T1 – Laurence Schaack et Françoise de Guibert

  1. Ton avis est le premier que je lis sur ce roman, et je suis intriguée maintenant ! Bon je sature un peu de la jeunesse (comme c’est étrange dit comme ça) en ce moment, mais je note dans un coin, le thème me plaît bien 🙂

    • Je ne lis plus énormément de jeunesse moi aussi, du coup celui-ci a été accueilli avec plaisir finalement, car cela faisait un petit moment que je n’en avais pas eu. Il est très jeunesse, pas du tout young adult, mais le thème est original et bien traité, si tu peux y jeter un oeil à l’occasion 😉

  2. A partir du moment où on est prêt à soutenir une idée inverse à nos convictions grâce à un livre, c’est que ça doit pas être trop mal écrit, je suppose.
    Par contre, un que j’ai lu récemment était un peu pro-peine de mort, et bien aussi bien écrit que ce soit, j’ai pas adhéré. ^^

    • Là je ne sais pas exactement quelle est l’opinion des auteures à ce sujet, mais en tout cas elles retranscrivent vraiment bien toute les problématiques liées au thème et les différents points de vue qu’on peut avoir à ce sujet je trouve !
      Ouh, ça devait être particulier le livre pro-peine de mort effectivement ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.