Les Petites contemplations – Yao Ren

Pour ce Défi Nouvel An Chinois, j’ai pioché dans la bibliothèque de mon frère, Gwen du blog Vers l’est, il y avait du choix, même en roman graphique (manhua), que demander de plus ?

Mon choix s’est porté sur les deux tomes des Petites contemplations pour une raison toute simple : Gwen me harcèle avec ce titre depuis des mois – voire des années. Il s’agit de son coup de cœur absolu et ne tarit pas d’éloge à son sujet. Bref… il fallait que je me fasse mon propre avis !

Alors ? Coup de cœur ou pas coup de cœur pour moi ?

Les deux tomes des Petites Contemplations recueillent plusieurs courtes histoires, initialement publiées sur le blog de Yao Ren. Chaque petite histoire relate une scène du quotidien avec un regard sensible sur chaque chose. Cela va des promenades sous la pluie, aux recettes de cuisine, en passant par l’hommage d’un arbre hors du commun : toutes ces petites choses de tous les jours qu’on ne remarque pas toujours et qui ont le pouvoir de nous faire sourire ou de nous émouvoir.

En ce sens, Les Petites Contemplations m’ont fait penser à l’œuvre de Jiro Taniguchi, en particulier Le Promeneur ou L’Homme qui marche qui invitent le lecteur à observer son environnement, la ville autour de lui … J’avais terminé ces lectures avec l’envie de faire attention à chaque détail autour de moi.
J’ai retrouvé un peu de ça avec Les Petites Contemplations, peut-être un peu moins qu’avec ces livres de Taniguchi, mais je pense que pour ce genre de livre le moment de lecture choisi est vraiment primordial pour apprécier pleinement, et je n’étais peut-être pas autant dans le bon état d’esprit …

J’ai malgré tout été bien immergée dans le quotidien de Yao Ren qui m’a fait passer d’une émotion à une autre avec une grande facilité !
J’ai été très amusée par les passages où il suit les chats pour leur parler (en miaulant) (qui fait ça … ? ^^) et je suis rentrée en empathie totale avec … un cactus. Le livre très très fort quoi ! Cette histoire avec le pauvre petit cactus abandonné est celle qui m’a le plus émue, et franchement, je ne m’y attendais pas le moins du monde 😀

Toutes ces histoires sont très indépendantes, le tome 2 n’est donc pas à proprement parler une suite du 1, mais j’ai été très contente de pouvoir prolonger ma lecture à la fin du 1, je n’ai fait aucune pause entre les deux !


Un beau caméo de mon chat Fred :D

Certaines scène se font écho : on retrouve le fameux chat dans le parc, l’histoire de l’arbre n’est pas sans rappeler celle du cactus …

Mais j’ai trouvé le tome 2 un peu moins « abouti » ou moins pertinent dans les scènes choisies, je ne sais pas … Des scènes rappellent celles du tome 1, certes, mais certains passages du tome 2 font écho au blog de l’auteur. Ce n’est pas un problème en soi, mais une des histoires commence par exemple par « mes fidèles lecteurs doivent se souvenir du bocal d’alcool de riz ».

Et ben non ! * frustration ultime * ! Cela n’empêche nullement de suivre la suite mais je me suis sentie trahie 😀 « QUOIIII on me cache des choses ! Il y a des épisodes méga intéressants avec des bocaux d’alcool et je ne suis pas au courant ???! » Voilà, en gros ce qu’il s’est passé dans ma tête. Ça peut donner envie d’en voir plus sur son blog, mais je ne l’ai pas trouvé, du coup ça m’a simplement fait un peu sortir du livre … Et quand je l’ai trouvé grâce à Gwen, le blog s’est avéré être uniquement en chinois. Ben oui, à quoi m’attendais-je en même temps …  Mais du coup le livre nous parle d’un truc qu’on ne PEUT PAS avoir vu. Dommage …

Autre petit bémol pour moi : j’ai trouvé tout le passage sur les recettes de cuisine très long … J’aimais bien l’idée de départ sur la cuisine et le temps, mais au bout de la dixième recette détaillée … bon … j’étais pas là pour ça moi !

Hormis cela, là aussi dans ce tome 2, de très belles émotions.

J’ai senti le mouvement, le bruit, l’agitation intense puis l’apaisement immédiat dans l’épisode des mouettes.
J’ai senti le froid, le bruit de la pluie.
J’ai senti l’épuisement, la fièvre, la douceur

Bref, j’étais vraiment avec le personnage. Et pour ressentir autant de choses avec un personnage plutôt inexpressif de base, c’est fort, tout passe vraiment par le décor, le texte …

Alors pour répondre à la question du début : ce ne sera pas vraiment un coup de cœur pour moi à cause de ces petites choses que j’ai citées plus haut et parce qu’à force d’en entendre QUE des éloges, j’en attendais sûrement trop ^^ Mais quand même, ce fut un sacré beau moment de lecture !

2 Comments on “Les Petites contemplations – Yao Ren

  1. Pingback: Petit Canard Blanc – Na Liu & Andrès Vera Martinez | DEEDR

  2. Il a l’air tout à fait top ♥.♥ Je le rajoute dans ma wishlist de suite ! Il faut absolument que je prenne le temps d’aller visiter le blog de ton frère rolala !
    Et pour l’histoire de la référence du blog, moi je dirais que c’est un peu l’édition française qui a pas fait son boulot… Ça aurait mérité une note de bas de page expliquant viteuf le pourquoi du comment quand même !
    Et puis il y a des chaaaaats ♥
    (bonjour la fin du commentaire constructif^^)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.