Triangle – Barnett & Klassen

Début d’année, à l’heure où on tient (encore un peu) nos bonnes résolutions, j’ai décidé d’apprendre à reconnaître les formes.

Quoi ? Vous n’êtes pas convaincus ?

Couverture Triangle

Pourtant, j’ai lu Triangle un petit album tout mignon à la couverture super-cartonnée idéale pour les petites mains (oui parce que, je ne suis pas le public cible en vrai, a priori – même si je kiffe :D).

Triangle, c’est l’histoire de Triangle, un petit triangle qui vit dans une maison triangle avec une porte triangle, qui affiche au mur des tableaux représentant des triangles et qui vit dans un paysages composés de petits, de moyens et de grands triangles. L’autre personnage, c’est Carré, un petit carré qui vit dans une maison carrée avec une po…. je pense que vous avez compris.

J’ai trouvé les illustrations très belles, les couleurs un peu transparentes et très douces. J’ai beaucoup aimé feuilleter et re-feuilleter le livre. J’avais vu passer la couverture de Pax et le petit soldat, par le même illustrateur, Jon Klassen, mais je ne m’étais jamais attardée sur son travail. Tous ces petits triangles me donnent envie de le découvrir un peu plus, j’ai un petit coup de cœur pour son style !

Je n’ai pas eu l’occasion de le livre avec un jeune enfant, mais il me semble que ce petit livre à tout pour bien commencer à reconnaître les formes : différentes tailles, les noms des formes sont répétés plusieurs fois, elles sont placées dans différents sens (pour éviter le classique : « mais dans ce sens, c’est pas un carré, c’est un losange! “). Tout au long du livre, même si une autre forme est en avant-plan, celles à l’arrière restent visibles pour garder les triangles et carrés en entier. Il doit y avoir un côté très ludique à le lire avec un enfant, les manières de l’impliquer dans la lecture me semblent nombreuses.

A ces niveaux-là je trouve que c’est un petit livre très réussi, très chouette et un bel objet.

Je m’interroge plutôt sur le « message » transmis par l’histoire. (C’est le moment de faire intervenir le résumé, dans trois, deux, un …)

Ce
livre
raconte les
aventures de
Triangle. Et aussi
celles de Carré, l’ami
de Triangle. Mais voilà,
Triangle a envie de jouer
un bon tour à son ami Carré.

Triangle imite donc le sifflement du serpent sur le pas de la porte de Carré, juste pour le faire flipper, parce que c’est la phobie de Carré. Euh … Alors je dis pas juste ça parce que j’ai également la phobie des serpents et que j’ai donc débordé d’empathie pour le pauvre petit Carré :D, mais je trouve ça pas terrible, terrible de légitimer auprès de jeunes enfants le fait de s’amuser de la peur des autres. Surtout qu’ensuite Carré veut se venger (ben oui) et utilise à son tour la phobie de Triangle (la peur du noir). Bon … entre les mauvaises blagues et les idées de vengeance, je trouve qu’il y a des valeurs plus appropriées à partager aux jeunes lecteurs.

Je ne travaille pas avec les enfants, et ne suis ni maman (à part de mon chat), ni tante (à part du chat de Morgana) (mais ils ne lisent pas de livres ces petits traitres, ou alors que des livres de cuisine, en douce), je ne sais donc pas vraiment comment les enfants peuvent percevoir réellement ce livre. Si vous avez une idée plus précise que moi sur la question, je suis preneuse. 🙂

Parce que malgré tout, si la « morale » m’a un peu gênée et m’interroge toujours, j’ai trouvé cet album très beau et plein de qualités !

Là où tu iras j’irai – Marie Vareille

J’ai terminé 2017 avec un peu de douceur, d’émotion et beaucoup de fous-rires, et c’est grâce à un roman feel-good comme je les aime. Là où tu iras j’irai, c’était la lecture que j’ai dévorée entre Noël et le jour de l’an. Bon, entendons-nous bien : je n’ai pas mis 7 jours à le lire, je dis ça pour donner une fourchette. En réalité, ce type de livre doit durer environ une ou deux soirées que je consacre uniquement à ça : “hey, tu viens avec nous ce soir ?” “Désolée, changement de plan, je suis overbookée. On remet ça à la semaine prochaine ?”… Et oui, il faut avoir le sens des priorités dans la vie, et dévorer un bon roman au coin du feu avec un chat sur les genoux (#clichébonjour), c’est définitivement l’une des choses les plus importantes dans ma vie 😀

Je vous en ai déjà parlé 12000 fois, mais je suis bien obligée de vous rappeler une fois de plus combien j’avais aimé Je peux très bien me passer de toi, le premier roman de Marie Vareille que j’avais lu.

Cette fois-ci, on est sur une histoire plus centrée sur la famille. On rencontre Isabelle, jeune femme qui rêve d’être actrice mais n’a jamais vraiment réussi, alors qu’une carrière prometteuse semblait s’ouvrir à elle quelques années auparavant, lorsqu’elle avait brillé dans un film où elle avait interprété avec brio le rôle principal.
Par manque d’argent, elle va accepter un boulot assez peu commun :

  • Sa mission : séduire un jeune veuf afin qu’il se sépare de sa nouvelle fiancée.
    Accessoirement, le monsieur en question est celui qui a brisé sa carrière d’actrice.
  • Sa couverture : nounou des 3 enfants dudit jeune veuf
    Accessoirement, Isabelle déteste les enfants et vient de se séparer de l’homme qu’elle aime à cause de cela.

Popopo ! aurais-je presque envie de m’exclamer. Oui, tout ça promet un peu d’action.

Le roman démarre assez doucement, les choses se mettent en place en prenant leur temps. Dès le début, j’ai eu l’impression de m’installer dans un petit coin cocooning : les personnages étaient attachants, l’ambiance était douce et légère tout en traitant de sujets importants. Je n’ai pas ressenti autant d’empathie pour Isabelle que pour certains personnages de Je peux très bien me passer de toi : ses problématiques sont assez éloignées de ce que je connais et de ce qui me préoccupe de manière personnelle.
Mais la magie a tout de même opéré : Isabelle pourrait être insupportable avec son côté ado attardée, mais elle ne l’est pas. Car, oui, c’est cela, Isabelle : une grande adolescente de 30 ans.

Mauvaise nouvelle : ça lui complique un peu la vie d’un point de vue pratique.
Bonne nouvelle : c’est un personnage aussi attachant que drôle pour le lecteur.

Pour pour, l’émotion est surtout venue dans la seconde moitié du roman. Isabelle connaît une belle évolution et sa relation avec l’un des enfants qu’elle garde est très touchante. Le personnage du petit garçon aurait très facilement plus tomber dans l’excès et le pathos, mais l’auteur réussit à faire fonctionner le tout. Est-ce que je n’aurais pas eu les larmes aux yeux à un moment par hasard ? Cela se pourrait bien (mais je ne parlerai pas… sauf sous la torture)(ou un énorme don de chocolat). Mais de manière générale, tous les personnages ont ce petit quelque chose qui fait tout. Les amis d’Isabelle, les deux filles aînées qu’elle est censée garder, leur père, la grand-mère… la galerie de personnages marchent tellement bien !
On est invité dans la vie de cette famille brisée, où Isabelle et ses propres problématiques débarquent. Et tout est si bien traité ! En tout cas, sur moi, ça a marché 😉

Là où tu iras j’irai réserve des retournements de situations assez savoureux et des situations tellement cocasses que j’en aurais pleuré de rire par moment. Aussi, c’est un peu une grande déclaration d’amour à Harry Potter, ce roman, et cela a forcément su me parler (sans blague ?).

C’est un véritable moment de réconfort, un peu comme une bonne tasse de chocolat chaud (mais sans calorie)(même si rien n’empêche de combiner Là où tu iras j’irai + chocolat chaud : testé et approuvé par votre humble serviteur :D). Marie Vareille se confirme comme l’une de mes auteures de roman feel-good préférées !

Si toi aussi après ta lecture tu avais non-stop cette musique en tête, tape dans tes mains ! (ou dis-le moi en commentaire,
comme ça je me sentirai moins seule et toi moins bête à taper des mains seul(e) derrière ton écran)(même si j'aime beaucoup taper
seule dans mes mains sur du JJG et du Céline, perso)

 

C’est le 1er, on balance tout sur décembre et janvier !


Le RDV mensuel proposé par Julia (Lupiot)

Entre nos coups de cœur de l’année 2017 présentés fin décembre, et notre bilan de l’année / objectifs 2018 présentés à la suite, on a pris la liberté de ne pas rédiger de “C’est le 1er” au 1er janvier. Malgré ce “raté” volontaire, on est très fières de constater qu’en ce 1er février 2018, ça fait un an qu’on tient ce rendez-vous de manière régulière :D, et du coup cette édition du rdv présentera nos deux derniers mois ! Autant dire qu’on risque d’avoir des choses à dire (ou pas, parce que se souvenir de ce qu’on a lu et fait il y a deux mois risque d’être au-delà de nos capacités !) Allez on essaye quand même ! 😉

Le top de nos lectures

Luciole :

  • décembre : En décembre j’ai fait une très jolie découverte grâce au ComicWhales de Sita et Schaussette : il s’agit de Les jours sucrés. J’ai été très émue par cette lecture, même si je ne pense pas lui accorder une chronique.

  • A cheval sur les deux mois j’ai lu Un funambule sur le sable que j’ai vraiment beaucoup aimé ! Si on n’avait pas déjà mis en ligne nos coups de coeur 2017 (et que je l’avais terminé à temps) je pense même qu’il aurait eu sa place dans la liste !
  • janvier :

– moi : j’ai lu 3 fois dès l’aube cette semaine, j’ai beaucoup aimé !
– mon frère : ah oui, j’imagine que tu as même adoré … moi je lis pas un livre trois fois si j’aime que moyennement …
– moi: non mais, c’est le titre : “Trois fois dès l’aube” !
– mon frère : Ah.
Il y a des choses qui ne changent pas, et notamment, j’apprécie toujours autant la plume d’Alessandro Baricco. C’est ainsi que j’ai dévoré Trois fois dès l’aube ce mois-ci. Je n’en parle pas trop non plus car je l’ai lu en prévision de ma lecture de l’adaptation en BD du roman, je pourrai m’épancher un peu plus sur ma lecture à ce moment-là :p

(OUuuuaah ! ya plus de romans que de BD, c’est dingue !)

Morgana : Ah mais mince, moi je pensais faire l’impasse sur le mois de décembre, discrétos, en mode “pas vu pas pris”. Maintenant que tu as balancé (logique vu le nom du RDV, cela dit), je vais devoir fouiller dans mon feed Livraddict pour retrouver mes lectures de décembre !

  • Décembre : Là où tu iras j’irai de Marie Vareille. J’avais adoré Je peux très bien me passer de toi, et j’ai beaucoup aimé celui-ci !
    J’ai aussi dévoré Aimez-vous Brahms… de Sagan, dont la chronique devrait bientôt paraître.
  • A cheval sur les deux mois : Tendre est la nuit de Fitzgerald, auquel j’ai déjà fait une petite déclaration d’amour dans ma première chronique de 2018.
  • Janvier : Premier énorme coup de coeur de l’année pour Au-delà de cette limite votre ticket n’est plus valable de Romain Gary. Je n’avais jamais lu de roman de cet auteur, et je me suis pris une claque d’autant plus grosse que le sujet de ce livre-là n’était pas de ceux qui me font dire “hé ! J’ai besoin de lire ce livre !” (pour les curieux, ça parle du déclin sexuel chez l’homme… je n’ai rien contre ce sujet, mais je n’avais jamais ressenti de curiosité et d’intérêt particuliers pour ça, ce qui était apparemment une erreur :D). Alors que ce livre m’a juste happée et que la beauté de l’écriture de Gary n’a cessé de m’émouvoir. Donc voilà, prendre un bouquin au hasard à la médiathèque, c’est trop cool 😀
  • Ma lecture actuelle : je ne l’ai pas fini mais je suis obligée de vous glisser un mot sur Kitchen de Banana Yoshimoto, envoyé par SALT lors du swap qu’on a fait ce mois-ci. Je pense que je vous reparlerai très prochainement de ce livre (en même temps ça parle de frigo et de bouffe tout le temps, comment vous voulez que je résiste ?).

 

Les lectures qui nous ont moins transportées

Luciole : Comme d’habitude, cette catégorie va être moins fournie. Pour ma part, je citerai Amatlan. J’aime beaucoup Baudoin, donc ça m’embête un peu de le citer ici, mais j’ai moins apprécié ma lecture d’Amatlan que ses autres livres que j’ai lus. J’ai mieux apprécié la deuxième partie à la première, mais globalement, c’est une lecture qui ne m’a pas transportée autant que je l’aurai espéré.

Morgana :

  • Décembre : Sombres étoiles de Malorie Blackman m’avait plutôt déçue, comme je vous l’avait expliqué dans ma chronique (et ça, ça me fait un peu mal de le mettre là car j’aime énormément ce que fait cette auteure d’habitude) et L’écrivain de Yasmina Khadra : cette autobiographie est le premier livre que je lis de cet auteur. Je n’ai pas trop adhéré au portrait qu’il dégage de lui-même. Du point de vue du style, j’aimais souvent la manière dont c’était écrit, mais je trouvais par moment qu’il en faisait “trop”. Bref, ça n’a pas “pris” avec moi. A voir si j’essaye un jour l’un de ses romans, s’il en est autrement !
Sur la blogo on a aimé …

Luciole :

Je l’avoue, j’ai peu traîné sur internet ces derniers temps. J’ai pas fait grand chose tout court d’ailleurs ^^ J’ai lu plus que d’habitude, c’est déjà pas mal :p mais du coup en terme de blogs visités, il n’y a pas grand chose … j’espère que Morgana sauvera l’honneur ! 😉 Malgré tout, j’ai aimé lire le blog Voyageurs du dimanche, et notamment l’article sur Varsovie. Je suis tombée dessus pile poil lorsque je rédigeais les balades littéraires en Pologne, de quoi me remettre encore plus dans l’ambiance de la ville ! Et en plus Yelena aime la vodka cerise, donc je ne peux qu’encore plus approuver cet article ! 😀

Morgana : Yes, j’ai noté quelques trucs trop chouettes pour ma part 😉

L’instant mégalo : le meilleur de nos deux derniers mois

Luciole :

Bon forcément, dans ces deux derniers mois, il y a eu Noël et c’était assez chouette. Mais comme on approche surtout de la chandeleur, je ne vais pas revenir dessus, surtout que ça manque d’originalité 😀

Et sinon … à part Noël … je suis allée passer un week-end à Bruxelles avec mon copain. Un changement d’air qui m’a fait vraiment beaucoup de bien ! d’autant plus que Bruxelles est l’une de mes villes préférées ! 🙂 Au programme, balade dans la ville, gaufres, bière, gaufres, gaufres, gaufres, musée de la BD, et musée Magritte. Et gaufres. Pardon, j’oubliais. Et c’était très sympa 🙂

Autre petite sortie ce mois-ci, je suis allée avec mon frère et ma sœur au festival des lanternes chinoises à Gaillac (Tarn). C’était notre cadeau de Noël pour notre frère, ça et un resto chinois pour rester dans le thème. :p Et c’était …. vraiment magnifique ! en fait je n’ai quasiment pas de mots pour décrire alors des photos feront mieux l’affaire !!

Et pour finir, ce mois-ci était le mois de MON PREMIER SWAP de toute ma vie 😀 (Morgana va m’en vouloir parce qu’elle va vouloir dire la même chose :D). Mon expéditrice était Mila, et m’a envoyé un colis sur le thème du lapin, avec une tasse trop mignonne (dont le concept consiste à noyer un lapin… c’est tout Mila ça !) et un très beau roman graphique sur … un lapin ! Tout ça en hommage au pom-pom rabbit 😀 (dont vous vous souvenez peut-être si vous aviez fait la chasse aux oeufs sur Deedr il y a … bien longtemps !) Et un petit gâteau trop bon, fait maison par Mila, accompagné d’une bougie pour que je fête mon anniversaire en avance :3 Alors merci 1000 fois Mila ! <3

 

Morgana :

Ah non, moi ça me va que tu écrives sur le swap. Comme ça, j’ai juste à dire “Ouiiiii c’était trop bien !” et à ajouter une photo du swap de fou que Salt m’a envoyé :p


Audrey Hepburn, tasse pour lectrice, chocolat (avec du CARAMEL), fudges, carnet so british, Fantômette,
Brigadoon, Winnie, littérature japonaise...
Ouaip. #perfection :D

Pour ma part, je ne sais pas trop quoi vous dire sur ce mois, car en réalité, j’ai juste envie de parler du fait que j’ai appris que mon chat avait une tumeur. Et que ça ne s’annonce pas bien. Et qu’il n’a pas l’air de réagir au traitement. Et que je suis effondrée car j’adore cet animal avec lequel j’ai un lien particulier depuis qu’il est tout petit. Voilà ce dont j’ai envie de parler, alors que c’est censé être le moment où l’on parle du meilleur de notre mois… et moi je me retrouve à vous parler du pire truc qu’il risque de m’arriver de toute l’année. Je n’ai visiblement pas tout compris au concept 😀

Alors qu’il s’est passé un truc génial ce mois-ci : je n’en parle pas ici mais, comme tant de gens, j’aime beaucoup écrire de la fiction, et j’y travaille presque quotidiennement. Il se trouve que, ce mois-ci, j’ai terminé le manuscrit sur lequel je bossais depuis 3 ans et je l’ai envoyé à quelques maisons d’édition. Je ne me fais pas d’illusion concernant les réponses, mais franchement c’est juste génial de pousser jusqu’au bout un projet d’écriture… même si mon cerveau est en train de me dire que je pourrai toujours le retravailler encore un de ces quatre, parce que “de toute façon, on peut toujours faire mieux”… je vous avais déjà parlé de ma capacité à m’acharner sur mes projets ? Ça m’a été utile pour mener à bien mes études à distance, mais plus généralement ça donne des trucs un peu relou comme ça au quotidien 😀

Donc voilà, c’est un peu le mois des montagnes russes émotionnelles pour moi, et février ne s’annonce pas vraiment plus reposant. Mais heureusement, j’ai le chocolat et le tchaï fait-maison pour tenir :p

Alors un excellent mois de février à vous ! Et dites-nous tout sur vos lectures de ces deux derniers mois ! Du bon ? Du moins bon ? 😉

 

Bibliothèque des gens #28 : La Bibliothèque de Gwen

Parce qu’une bibliothèque ce n’est pas simplement des livres posés sur une planche de bois, parce qu’il existe autant de sortes de bibliothèques qu’il y a de lecteurs, nous avons eu envie d’une rubrique dans laquelle on pourra présenter ces bibliothèques.

Qu’elle soit parfaitement classée ou dans le bazar le plus ultime, pleine de classiques ou de Marc Levy, belle ou insolite, chaque bibliothèque est unique, propre à son lecteur ! Voyez plutôt !

(et envoyez nous une photo de la vôtre à deedr.ml@gmail.com pour apparaître dans la rubrique !)
La Bibliothèque de Gwen

Bibliothèque des gens, Livres sur la Chine, auteurs chinois, mangas ...

Après la belle série de bibliothèques de Noël, voici la première Bibliothèque de l’année 2018, et c’est celle de Gwen qui ouvre le bal !

Gwenaël est un passionné de la Chine, de son histoire, de sa culture et de sa littérature. Du coup il est bien calé sur tout ça, la Chine et même les pays alentours, si bien que dès qu’on a un doute sur le sujet dans une chronique, c’est vers lui qu’on se tourne :p

Et sans surprise, sa bibliothèque est remplie de livres d’écrivains chinois, de livres théoriques sur le pays, de manhuas (le manga chinois), et même un mini sabre de samourai. Si on ne s’intéresse pas à l’Asie; on y trouve aussi de très belles éditions de Jules Verne, entre autres, les beaux et anciens livres ayant toujours intéressé Gwen.

Depuis la prise de cette photo, la bibliothèque s’est pas mal agrandie, nouvelles déco chinoises et livres anciens au programme. Bref, cette bibliothèque a tout de celle d’un collectionneur dans l’âme ;).