Vies Volées – Mayalen Goust & Matz

L’Asie, j’en ai un peu fait le tour (virtuellement, hélas) à travers les nombreux romans graphiques dont le vous ai parlé sur le blog. Même si je ne doute pas que mon épopée livresque en Asie continuera, j’avais envie de découvrir un peu une autre région du globe. Alors on sort ses lunettes de soleil, décollage imminent pour l’Argentine !

Vies volées m’a paru être une jolie porte d’entrée pour commencer à visiter l’Amérique du Sud en BD : j’aime le titre, la couverture, les dessins promettaient d’être délicieux, et puis ça parlait d’une facette de la dictature en Argentine que je ne connaissais absolument pas, même si malheureusement ce que l’on découvre là ne m’étonne pas du tout…


En Argentine, entre 1976 et 1983 : 500 bébés ont été arrachés à leurs mères puis placés dans des familles plus ou moins proches du régime, tandis que leurs parents étaient assassinés. Plusieurs années après cette tragédie, les grands-mères de ces enfants se battent pour les retrouver en défilant chaque semaine sur la place de Mai à Buenos Aires.


Ouaip, le sujet bien gai en perspective ! Vous passiez un bon week-end ? J’espère que vous en avez bien profité 😀 Non en vrai, le thème a beau être dur, le livre le traite avec beaucoup de délicatesse et de poésie.

On suit Mario et Santiago, deux amis d’une vingtaine d’années. Mario s’intéresse vivement à ces Grands-Mères de la Place de Mai car il suspecte ses parents de lui cacher qu’il n’est pas leur enfant biologique et qu’il est potentiellement un des enfants volés de la dictature. Oui, rien que ça, moi au pire je soupçonne mes parents d’avoir caché la dernière plaque de chocolat, mais Mario, c’est pas le même délire ! On lui propose donc de faire un test ADN, et Santiago, en bon ami qui aime beaucoup l’infirmière en charge des prélèvement ADN, l’accompagne dans toutes ces aventures à la recherche de ses origines.

On rencontre au cours de l’histoire plusieurs personnages, interrogeant à chaque fois diverses facettes de la filiation, de la généalogie.
Plus que cette question d’enfants volés, de la dictature en Argentine et ce qu’il en reste encore aujourd’hui (sujet déjà bien vaste et intéressant), le livre parle de construction identitaire, de recherche de ses origines, pour toute une génération.

L’histoire et les thématiques m’ont tout simplement passionnée. Certains passages m’ont paru un peu rapides, des ellipses un peu fortes, quand d’autres ne m’ont vraiment pas surprise. Je ne pense pas que ce soit vraiment la faute du scénario. J’avais déjà parlé du scénariste avec Balles Perdues, dont j’avais trouvé le scénario et le rythme plutôt pas mal ficelés (même si le genre n’a rien a voir et que je suis bien plus réceptive à celui de Vies Volées). Je crois que c’est surtout une question de longueur de l’histoire… Le sujet est vraiment riche, si riche que, je n’aurais jamais cru écrire ça un jour, moi qui trouve toujours les films surtout trop longs, le livre m’a semblé beaucoup trop court !

Je trouve qu’il y aurait tellement à dire sur le sujet général, et puis sur chacun des personnages … Je crois même qu’un tome équivalent à cette BD pour chacun des personnages ne m’aurait pas semblé de trop ! 😀 (sauf que je ne l’aurai sans doute pas lu car j’aime les one shot, cherchez pas, ya pas de logique). J’étais frustrée de ne pas avoir le temps de vraiment m’accrocher aux personnages, de ne pas « passer assez de temps avec eux ». J’avais vraiment envie de creuser un peu plus sur les ressentis, les motivations de chacun
Bon, le livre le fait plutôt bien pour Mario, c’est quand même le personnage principal. On peut dire que les autres sont plus là pour ouvrir sur le fait que cette même question de filiation peut être déclinée presque autant de fois qu’il y a de personnes. Mais quand même ! :p

J’ai eu du mal à quitter l’univers du livre et les dessins de Mayalen Goust, si beaux et si doux qui m’ont directement entraînée aux côtés de Mario, Santiago et Gabriella dans les rues de Buenos Aires et sur les traces de l’histoire toute récente de l’Argentine !

6 Comments on “Vies Volées – Mayalen Goust & Matz

  1. Pingback: Ils me font envie, vous les avez lus ! #02 – Les miscellanées d'Usva

  2. Je l’ai déjà notée, cette BD; tu me donnes d’autant plus envie de la découvrir !

  3. J’avais entendu parler de cette affreuse histoire de vol de bébés en Argentine malheureusement…
    J’aime beaucoup les dessins, et je suis curieuse de voir comment l’auteur a traité le sujet !
    Merci pour la découverte =D

    • Je trouve que le sujet a été traité subtilement, du point de vue de ces enfants justement, et des grands-mères et parents adoptifs. Vraiment intéressant ! 🙂

  4. J’ai regardé un reportage sur ce sujet il n’y a pas très longtemps. Je suis vraiment curieuse de lire ce roman graphique et peut être d’en savoir plus sur cette histoire.
    Les illustrations ont l’air très jolies.

    • Le reportage devait être intéressant aussi ! Mais j’imagine plutôt dur non ?
      Les illustrations sont très belles oui, et j’ai aimé la manière dont le sujet avait été traité 🙂 Si c’est un sujet qui t’intéresse je ne peux que te recommander cette BD même si du coup j’avais envie qu’elle approfondisse un peu plus. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.