Yin et le Dragon t3 – Marazano et Xu Yao

Après un premier tome que j’avais bien aimé et un deuxième qui m’avait moins convaincue, j’avais envie d’avoir le fin mot de Yin et le Dragon !

Pour résumer rapidement les deux premiers tomes : dans le premier, Yin avec son grand-père pêcheur trouvent un dragon doré dans leur filet de pêche. Dans le deuxième tome, un gros vilain méchant dragon noir menace d’anéantir l’humanité en parallèle de guerre entre la Chine et le Japon.

Dans ce troisième tome, toujours des dragons, et toujours un fond de guerre Chine-Japon. J’ai plus apprécié ma lecture qu’au deuxième tome, mais je reste un peu sur ma faim malgré tout.
J’ai l’impression que l’auteur avait beaucoup à raconter, trop pour tout dire en trois tomes, et qu’il aurait fallut faire un petit tri. Ça me paraît très dense en parallèle de la trame principale, mais que tout est malheureusement un peu survolé. En relisant mon avis sur le deuxième tome, je vois que c’est déjà ce que j’avais noté, cela se confirme donc pour moi dans ce troisième tome …

J’avais parlé dans cet avis sur le deuxième tome de tout le sujet sous-jacent  sur les mythes et qui m’avait beaucoup plu. Il y est également dans ce troisième tome, ainsi que des réflexions sur la guerre, les générations, la spiritualité, les dieux … Et tout ça est super intéressant mais n’a pas assez de place pour se développer correctement dans le récit.

Entendons-nous bien, j’ai bien compris que le lisais une bande-dessinée pour enfants 😀 Dans mon dernier paragraphe je me donne moi-même l’impression de m’être trompée d’article et de vous parler d’un ouvrage de philosophie et de théologie 😀 Mais j’aime bien les histoires pour enfants qui permettent d’aborder autre chose. Ici, sous le côté fantastique du dragon, c’est une petite porte d’entrée pour parler de la guerre entre Chine et Japon et, comme je l’ai dit, plein d’autres choses (je ne vais pas refaire la liste, je me saoûle moi-même :D). Sauf qu’il y en a peut-être un peu trop, ce qui fait que j’ai eu un peu de mal à m’attacher à la trame principale.

Un peu trop de formulations « clichées » ou trop explicatives également qui m’ont un peu fait lâcher le récit.
En vrai, je ne m’étais pas posé la question de pourquoi Yin peut respirer sous l’eau quand elle est sur le dragon. C’est un dragon magique, point. Pas besoin de savoir qu’il peut « momentanément offrir le don de respiration subaquatique » et que « c’est justement ce qu’il vient de faire »…

Ce qui aurait dû être une aventure trépidante – une gamine qui doit sauver le monde contre un dragon géant, ya pas plus trépidant ! – m’a laissé finalement un peu de marbre … Et je le regrette.

Malgré tout, j’aime beaucoup les dessins, leur côté « un peu manga mais pas trop ». Ou manhua plutôt … (le manga chinois) sinon je vais me faire taper sur les doigts par mon brother chinois 😀 Le dragon d’or a vraiment une bonne tête, et j’ai beaucoup aimé les planches de ce tome-ci au Royaume des Méduses 😀 Même si le choix de la méduse comme soutien principal du dragon m’a étonnée … surtout avec toutes les explications sur comment et pourquoi elles communiquaient entre elle sans parler et tout et tout … Mmh… why not. ^^

La fin elle, a su me toucher. Je l’ai trouvée très jolie, émouvante , bien trouvée, et pour le coup, échappant au cliché, me semble-t-il.

Pour faire court, sur l’ensemble de la trilogie, j’ai beaucoup aimé les différentes idées dans l’histoire et j’ai vraiment adhéré au dessin. Malheureusement, je suis restée plus sceptique face à la narration en elle-même, que j’ai trouvé parfois un peu confuse ou voulant trop en faire, trop dense.

Mais je ne doute pas que cela puisse vraiment plaire à des enfants avec son univers prenant et son petit côté Miyazaki 🙂

2 Comments on “Yin et le Dragon t3 – Marazano et Xu Yao

  1. J’adore les dessiiiiins ! Mais c’est vrai que l’histoire a l’air inutilement compliquée parfois ^^
    Pourquoi pas le lire si je le croise en bibliothèque, mais je ne pense pas investir =)

    • Je ne sais pas si c’est vraiment inutilement compliqué, je trouve ça vraiment bien d’avoir un sous-texte quand même 🙂
      Oui, si tu le croise en bibli, ça vaut le coup 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.